France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou de la pomme de terre

Mildiou de la pomme de terre
Phytophthora infestans

Maladies

La maladie apparaît dans la parcelle par foyers isolés avant de se généraliser.
Les premiers symptômes peuvent être observés à partir de mai :
- Les jeunes pousses se recouvrent d'un duvet blanc ; elles disparaissent rapidement ainsi que le tubercule mère.
- Sur les bouquets terminaux, les feuilles apicales brunissent, se recroquevillent puis se déssèchent.
- Sur la face supérieure des feuilles, des taches décolorées d'aspect huileux puis brunes avec un liseré vert clair apparaissent.
- Sur la face inférieure des feuilles, un duvet blanc apparaît sur le pourtour de la zone nécrosée.
- Les tiges présentent des nécroses brun violacé qui peuvent se recouvrir d'un fin feutrage blanc correspondant aux fructifications du champignon.
- A la récolte ou quelques semaines après, l'intérieur des tubercules présente des taches brunes de couleur rouille et de forme diffuse avec chair ferme (pourriture sèche).

Cycle de développement

Le champignon se conserve pendant l'hiver sous forme de mycélium dans les tubercules conservés en stockage, dans les tas de déchets oules grenailles restées aux champs.
La germination des spores et la contamination des premières plantes démarrent au printemps.
Le champignon se développe jusqu'à l'apparition des premiers symptômes.
La phase d'incubation dure en moyenne 7 jours : elle varie de 5 jours pour des températures de 16 à 20 °C à 9 jours pour des températures de 8 à 12°C (cesse son activité dès 4°C).
Lorsque les lésions apparaissent, les spores se forment à nouveau et peuvent contaminer de nouvelles plantes.
Le pouvoir épidémiologique de la maladie est colossal (nombre de spores multiplié par 100 à chaque génération).

Facteurs favorables

La température et l'humidité jouent un rôle déterminant dans le développement du mildiou, en particulier pendant les phases de contamination : une humidité relative supérieure à 90% et une température moyenne supérieure à 16°C favorisent la propagation de la maladie.

Les régions les plus sensibles au mildiou sont le Nord Pas de Calais, la Picardie, la Haute Normandie, la Bretagne et la Champagne.

Dégâts

Une attaque précoce peut entraîner une perte de récolte jusqu’à 100%.
Une attaque tardive entraîne un taux de contamination des tubercules élevé avec des pertes en conservation, des surcoûts de triage et des difficultés de commercialisation.

Mesures prophylactiques

Ne jamais laisser le mildiou pénétrer dans les parcelles.

Variété : valoriser les différences de résistance variétale au mildiou du tubercule.

Mesures agronomiques :
- Détruire les déchets,
-Limiter les repousses.

Lutte :
- Traiter préventivement en assurant une protection du feuillage dès la levée et jusqu’à la destruction complète des fanes,
- Alterner les familles chimiques afin d’éviter les risques de résistance.