France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Jaunisse nanisante de l’orge

Jaunisse nanisante de l’orge

Maladies

La Jaunisse Nanisante de l'Orge (JNO) est une maladie provoquée par un virus : le virus BYDV, transmis par différentes espèces de pucerons, majoritairement le puceron du merisier à grappes (Rhopalosiphum padi).

La maladie virale attaque les céréales à paille : blé, orge et avoine, les orges d'hiver étant les plus sensibles.

La JNO provoque des dégâts à l'automne à partir du stade plantule jusqu'au tallage. Par la suite, les plantes ne sont pratiquement plus sensibles.

Sur blé, les symptômes sont en général similaires à ceux sur orge avec un nanisme néanmoins moins prononcé. Les feuilles jaunissent et lors de températures fraiches, un rougissement de l'extrémité des dernières feuilles apparait. La nuisibilité est variable et est estimée à environ 30 q/ha.
Les symptômes apparaissent en mars-avril.

A noter qu'une infection par le virus au cours de l'automne diminue l'aptitude du blé à résister au gel de l'hiver.

Cycle de développement

Le virus de la JNO est introduit par les pucerons dans la plante et est transporté dans la sève où il est multiplié. Le virus est ensuite ingéré par les pucerons lors de leur alimentation et stocké dans leurs glandes salivaires. Il est transmis à une autre plante lors de piqûres ultérieures, ce qui engendre la dissémination du virus dans la parcelle.
Le virus de la JNO étant un virus persistant, un puceron infecté est capable de le transmettre durant quasiment toute sa vie.

Confusion possible

Les symptômes de la JNO peuvent être confondus avec des carences en azote ou en phosphore. Néanmoins, les symptômes de carences minérales sont présents au niveau d'une parcelle entière tandis que les plantes infectées par la JNO sont isolées en petits groupes.

Facteurs favorables

- Conditions favorables au développement des pucerons.
- Des conditions fraîches et ensoleillées engendrent des symptômes plus marqués.

Dégâts

La nuisibilité est variable et est estimée à environ 30 q/ha.

Mesures prophylactiques

Intervenir en préventif sur les pucerons, vecteur de la maladie.