France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Grillure estivale de l'asperge

Grillure estivale de l'asperge
Stemphylium vesicarium

Maladies

Synonyme :

stemphyliose

Au départ, la contamination est très discrète : elle apparaît sur turions dès leur sortie de terre en avril-mai.
Sur les écailles sèches à la base des turions, on distingue de petites ponctuations noires.

Plus tard, en juin ou juillet et de façon disséminée, des petites taches punctiformes puis elliptiques (1 à 3mm), à centre clair ou gris et à pourtour violacé ou foncé, apparaissent sur les tiges et les rameaux.
Ces taches grandissent pour former des ocelles ou des anneaux blanchâtres cernés de brun. Des points nécrotiques entraînent le jaunissement et la chute des cladodes

Par temps humide, la maladie se développe rapidement et tous les organes aériens peuvent être atteints (tiges, rameaux et cladodes )
Si les lésions atteignent l'aisselle des rameaux, ces derniers se dessèchent.
La maladie apparaît en foyer ou en ligne en fonction de l'exposition.
Sur une attaque sévère, les plantes semblent totalement grillées.

Cycle de développement

Stemphylium vesicarum de l’asperge est le même que celui de la poire.
Le cycle biologique et l’épidémiologie de ce champignon sont très mal connus.
Ce défaut de connaissance oblige à traiter tôt, en préventif.

La conservation des ascospores se fait sur les débris des parties aériennes de l’année précédente restées au sol.

Il y aurait une phase sexuée assurée par les ascospores, responsables de la contamination primaire ; la phase asexuée l’est avec des conidies.
Ces dernières sont les véritables agents pathogènes, responsables de l’expansion de ce parasite.

Facteurs favorables

La maladie se développe surtout sous des conditions humides (humectation) et chaudes ( à partir de 15°C).
La germination des conidies est extrêmement rapide (50% en 1 heure à l’optimum de température).

La proximité d’une rivière, un bas fond humide, les rosées abondantes et les brouillards de fin d’été favorisent le développement rapide de cette maladie.

Dégâts

Depuis sa 1 ère observation dans le sud-ouest en 1981, ce parasite est désormais présent dans toutes les régions de production française.
Les attaques peuvent débuter dès les premières sorties de turions : dans ce cas, elles pénalisent fortement la production d’asperges vertes.

Mesures prophylactiques

Les méthodes sont les mêmes que celles utilisées contre la rouille.

La lutte est essentiellement chimique et sera raisonnée en fonction des conditions climatiques.
-Utiliser les variétés les moins sensibles.

-Sur les parcelles, adopter des pratiques qui limitent la présence prolongée d’eau sur les parties aériennes (disposer les lignes d’asperges dans le sens des vents dominants, augmenter l’interligne et enfin irriguer en localisation).

- Préventivement, la lutte chimique devra commencer très tôt au printemps, dès les premiers stades végétatifs avec des produits systémiques

En cas d’attaque, il est conseillé de brûler les fanes en fin de saison pour diminuer la pression parasitaire.