France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Fusariose de la pomme de terre

Fusariose de la pomme de terre
Fusarium roseum, Fusarium solani,

Maladies

Des taches de pourriture brun pâle, aux limites mal définies, apparaissent au niveau des blessures.
Les taches se développent et mènent à des cavités où forment des pustules rosâtres ou blanc-bleuâtres.

En cas de fort développement, le mycélium central peu déborder de la cavité jusqu'en surface. Il est alors entouré de rides concentiques, bordées de tâches couleur brun clair ou vert.

Cycle de développement

Le champignon se conserve et se multiplie dans le sol sur débris végétaux.

Il infecte aussi les locaux de conservation (le champignon est véhiculé par le sol adhérent aux tubercules), empêchant ainsi la cicatrisation des blessures dues à la manutention.

Facteurs favorables

Les blessures des tubercules et les températures de stockage supérieures à 5°C (optimal à 10-22°C) favorisent le développement de la maladie ; les dégâts les plus importants, avec des surinfections, ont lieu en condition de stockage humide.

Dégâts

Les tubercules pourrissent et les lots ne sont pas commercialisables.

Les dégâts sont très importants en cas d’infection des locaux de conservation et de déterioration des tubercules par des chocs.

Mesures prophylactiques

Traitement des semences : Utiliser des plants sains.

Mesures agronomiques : Ne pas allonger inutilement le délai défanage-récolte.

Précédents : Pratiquer une rotation de 5 ans minimum.

Conservation :

- Limiter les blessures à la récolte et au conditionnement,
- Favoriser la cicatrisation en début de conservation,
- Traiter les plants après récolte,
- Désinfecter les locaux et les matériels,
- Maîtriser la température et l’humidité des locaux de conservation.