France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Flétrissement hivernal du chou

Flétrissement hivernal du chou
Phytophthora megasperma

Maladies

Phytophthora megasperma provoque occasionnellement une pourriture des racines des choux, en particulier sur les choux de Bruxelles et les choux-fleurs.
Il a également été signalé sur colza.

Les tissus des racines atteintes brunissent, noircissent, se ramollissent plus ou moins rapidement selon les conditions climatiques pendant l'automne et l'hiver, entraînant le dépérissement de la plante.

La pourriture (humide et malodorante) peut gagner tout le système racinaire et le collet, causant ainsi la mort du chou.

Ces symptômes s'observent également sur artichaut et carotte.

Cycle de développement

Classiquement, comme toutes les espèces de Phytophthora, le champignon hiverne sous forme de fructifications sexuées (oospores).
Les oospores sont formées à l'intérieur des tissus et se retrouvent dans les débris de cultures à l'automne. Elles peuvent se conserver 5 à 6 ans dans le sol.
La contamination résulte de la germination d'une oospore qui donne naissance à un sporange. Celui-ci libère des zoospores (spores munies de flagelles qui leur permettent de se déplacer dans l’eau), source de contamination primaire.
Sur ces foyers, des fructifications asexuées se forment et seront source de contaminations secondaires.

Facteurs favorables

La maladie est favorisée par des sols humides et compacts et par les excès d'eau (tournières, cuvettes, bas de pente, mouillères des parcelles).
Phytophthora megasperma se développe sur une très large plage de températures (2 à 30°C). Son optimum de développement se situe vers 22°C.
Un rotation trop courte entre 2 cultures de chou accroît considérablement les risques.

Dégâts

La maladie se développe lors des hivers humides et peut occasionner des pertes de parcelles entières.

Mesures prophylactiques

Il n’existe pas de lutte chimique ni de différence de sensibilité variétale.

- Ecarter les parcelles où des attaques de Phytophthora se sont déjà produites.
- Veiller à un bon drainage de la parcelle.
- Effectuer un buttage soigné.
- Adopter des pratiques culturales respectueuses de la structure des sols et favorisant le ressuyage des parcelles.