France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Cylindrosporiose du colza

Cylindrosporiose du colza
cylindrosporium concentricum

Maladies

Les symptômes peuvent apparaître sur tous les organes aériens, depuis le stade 2 feuilles jusqu'à la récolte.

Cycle de développement

Les spores émises à partir des résidus de récolte contaminés et de crucifères adventices constituent la source d'inoculum primaire.
Projetées par la pluie et disséminées par les vents sur de longues distances, elles germent sur les organes aériens du colza (feuilles, tiges ou siliques).
Le mycélium se développe entre l'épiderme et la cuticule ; les premiers symptômes (acervules) après une quinzaine de jours.
Ils déchirent la cuticule et libérent de nouvelles spores.
Plusieurs cycles imbriqués interviennent ainsi au cours de la culture.

Confusion possible

Confusion possible avec une brûlure d'azote

Facteurs favorables

Un automne et un printemps pluvieux, des variétés sensibles, le ruissellement des eaux de pluie et les éclaboussures qui permettent la contamination des différents étages des plantes sont propices au développement de la maladie.

Dégâts

Les pieds disparaissent.
Sur feuilles, les taches et déformations privent la plante d'une partie de sa photosynthèse.
Sur organes floraux, les attaques réduisent directement la production de siliques et de graines.
Les attaques sur siliques ou pédoncules entrainent une ouverture prématurée des siliques.
Les pertes de rendement peuvent atteindre 6 q/ha (nuisibilité moyenne).

Mesures prophylactiques

Variété : choisir une variété peu sensible.

Protection des semences : utiliser des semences traitées.

Mesures agronomiques : enfouir les résidus de cultures contaminées.

Traitement chimique lors de la reprise de végétation (stades C1-C2) ou dès l'apparition des premiers symptômes sur feuilles.