France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Cladosporiose de la tomate

Cladosporiose de la tomate
Fulvia fulva

Maladies

Ala base des plants, des taches jaunâtres, pâles, diffuses, devenant nécrotiques apparaissent sur la face supérieure des feuilles.
Les zones de fructification forment unfeutrage bien visible sur la face inférieure des folioles. Ce feutrage est d'abord blanc puis devient brun olivâtre.

Les feuilles attaquées jaunissent et finissent par se dessécher.

Cycle de développement

Le champignon se conserve sur les débris végétaux dans le sol et sur les structures des abris.
Les conidies sont viables de 9 à 12 mois.
La dissémination se fait par le vent, les courants d'air dans les abris.
La pénétration dans les plantes s'effectue par l'intermédiaire des stomates.
Le champignon envahit les tissus en progressant entre les cellules.
L'incubation est assez longue (12 à 15 jours) mais la sporulation à la face inférieure des feuilles se produit en quelques heures.

Confusion possible

La confusion avec l'oïdium est possible.
Pour l'oïdium, le feutrage est léger et toujours blanc ; une nécrose est présente au centre de la tache.

Facteurs favorables

La maladie se retrouve sur cultures sous-abris et en plein champ, à proximité des brise-vents.
Elle se déclenche brutalement en atmosphère confinée, sans aération et par forte hygrométrie.
Les facteurs favorables sont des températures de 20 à 25° C et une humidité relative supérieure à 80%.
La maladie est souvent favorisée par une mauvaise gestion de l’aération dans les abris.

Dégâts

Même s’il existe de nombreuses variétés résistantes à cette maladie, il faut rester vigilant car la résistance peut toujours être surmontée.
Même si la cladosporiose est aujourd’hui moins préoccupante qu’il y a 15 ans, elle reste néanmoins fréquente et potentiellement grave.

Mesures prophylactiques

En cas d’attaques de la culture précédente,
- désinfecter les installations et upprimer les débris végétaux.
- Utiliser des variétés résistantes à toutes les races connues.
- Aérer les abris.
- Il est possible de réduire les risques en effeuillant la base des plantes et en éliminant les feuilles atteintes.

En période de risques (forte humidité),
- Effectuer 1 à 2 traitement préventifs.
- Dès l’apparition des premières taches, il faut intervenir avec des produits systémiques.
- Le champignon parasite Hansfordia pulvinata freine parfois le développement de la maladie.