France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Chrysomèle du maïs

Chrysomèle du maïs
Diabrotica virgifera virgifera

Ravageurs

Originaire d’Amérique du Nord, la chrysomèle est arrivée en Europe centrale en 1992, en Italie en 1998 puis elle est repérée en France en 2002. Les foyers se développent lentement mais presque chaque année, de nouveaux foyers apparaissent, principalement en Ile-de-France et sur la façade continentale (Alsace et Rhône-Alpes).

Cycle de développement

Diabrotica virgifera possède un seul cycle de développement par an.

Les premiers adultes apparaissent en juillet et s’envolent dans le feuillage pour se nourrir des soies et des feuilles de maïs. Ils peuvent se déplacer sur plus de 2 km, et peuvent être transportés sur des distances plus longues à l’aide du vent.
Entre août et octobre, les femelles pondent leurs œufs dans le sol. Une femelle est extrêmement féconde et peut pondre jusqu’à 1 000 œufs. Les œufs passent l’hiver en diapause embryonnaire dans le sol puis éclosent au printemps suivant.

Les larves s’enfoncent alors dans le sol où elles vont consommer les racines du maïs à partir du stade 3-4 feuilles.

Dégâts

Les principaux dégâts sont occasionnés par les larves qui consomment les racines de maïs. Plus les larves grossissent et plus les dommages sont importants et visibles. Des dommages sont causés aux racines principales et coronaires, réduisant l’absorption d’eau par la racine et ainsi l’absorption d’éléments nutritifs. Les pertes de rendements peuvent être importantes et les plus fortes attaques sont à l’origine de la verse.

Les attaques d’adultes sont moins nuisibles. Elles ont lieu au niveau de l’épi et provoquent la section des soies. Cela affecte la pollinisation des épis conduisant à une non-formation des grains. Les adultes s’attaquent également aux feuilles et aux panicules.