France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Chancre bactérien du noyer

Chancre bactérien du noyer
Pseudomonas syringae

Maladies

En hiver, des taches noires huileuses apparaissent au niveau des bourgeons.

Au printemps, certains bourgeons ne débourrent pas ou émettent des pousses qui flétrissent.

Sur le tronc de jeunes arbres, la présence de tissus nécrosés est repérée par des exsudations fluides. Ces nécroses évoluent en chancres dommageables pour le bon développement des jeunes sujets.

Ces symptômes peuvent être confondus avec ceux provoqués par la bactériose du noyer.

Cycle de développement

Les bactéries pénètrent les tissus à l’automne par les plaies pétiolaires.

Au printemps, les exsudations des chancres assurent leur dissémination.

Facteurs favorables

Les automnes humides et les hivers froids favorisent son développement.
Les sols caillouteux, acides, sensibilisent les noyers à cette bactérie.

Dégâts

Les jeunes arbres sont particulièrement sensibles à cette maladie.
L’importance des symptômes diminue avec l’age.

Mesures prophylactiques

Préventivement, il est judicieux d’exclure une plantation sur des parcelles mal exposées ou dans des sols à risques.

A l’automne et sur jeunes noyers, une pulvérisation préventive de produit cuprique sur les plaies pétiolaires réduit les contaminations.

Sur les troncs, il faut curer les chancres au plus tôt.

Enfin, il faut éliminer les rameaux présentant des symptômes et cicatriser les plaies.