France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Atomaire de la betterave

Atomaire de la betterave
Atomaria linearis

Ravageurs

Cycle de développement

1 génération par an.
Les adultes hivernent dans le sol et reprennent leur activité un peu avant la levée des betteraves.

Suivant les conditions climatiques, ils vivent dans le sol ou sur les parties aériennes de la plante.

Ils craignent la chaleur et la sécheresse, et par temps sec, ils s’enfoncent dans le sol à une profondeur d’au moins 15 cm. Les précipitations les font remonter ; ils effectuent alors de petits trous dans la partie enterrée de la tigelle.

Si l’humidité relative de l’air est élevée, ils rongent la face inférieure des feuilles cotylédonaires, surtout le pédoncule, circulent à la surface du sol, et se tiennent de préférence au cœur de la plantule.

A partir du mois de mai, ils volent assez facilement et s’abattent sur les champs de betteraves.
Ils se rassemblent souvent en grand nombre et peuvent se retrouver jusqu’à 60 sur la même plante.

La femelle pond de 15 à 20 œufs posés isolément dans le sol près du collet des betteraves, du mois de juin jusqu’au mois de septembre.

Les larves rongent les radicelles et se nymphosent dans le sol à partir de la mi-juillet.

Les jeunes adultes s’envolent vers les lieux humides mais la plupart restent dans les champs de betteraves ou au voisinage immédiat.

Dégâts

Les morsures de l'atomaire (petits trous de 0.5 à 2 mm de diamètre dans la portion enterrée de la tigelle) entraînent le flétrissement de la plantule.
Les plantes très jeunes meurent, les autres ont leur croissance retardée.
Selon les attaques, les pertes de plantes peuvent conduire à resemer.
Ces dégâts peuvent être une « porte ouverte » à des développements de pathogènes (rhizoctone, bactériose).

Mesures prophylactiques

- Protéger les semences.

- Traiter en végétation.