France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Anthracnose de la salade

Anthracnose de la salade
Microdochium panattonianum

Maladies

Des petites taches humides apparaissent sur les feuilles proches du sol.
Elles s'étendent, deviennent circulaires à angulaires et prennent une teinte orangée à brune. Leur centre s'éclaircit en se desséchant.
Les tissus lésés finissent par tomber conférant au limbe un aspect criblé.

Cycle de développement

Le champignon se conserve dans le sol durant plusieurs années sous forme es micro-sclérotes. Ces derniers sont à l’origine des inoculations primaires.
Des spores (conidies) sont produites en grandes quantités sur les taches.
Elles disséminent la maladie aux autres plantes à la suite de pluies ou d’aspersions.

Facteurs favorables

La présence d’eau libre est indispensable aux contaminations.
Brouillards, rosées et surtout pluies et irrigations par aspersion, associés à des températures comprises entre 17-19°C sont très propices aux épidémies.
La germination des conidies n’est plus possible au-delà de 28°C.
Le champignon est détruit à la suite d’une exposition de 40°C pendant 10 minutes.

Dégâts

Cette maladie, connue en France depuis de nombreuses années, semble en recrudescence depuis le début des années 90, surtout sur les laitues et plus ponctuellement sur les chicorées.
Elle se rencontre surtout en plein champ et à l’automne.
Lors de contaminations tardives, les lésions apparaissent en cours de stockage et de transport, dépréciant d’autant la qualité des salades.

Mesures prophylactiques

- Réaliser des rotations culturales.
- Choisir des parcelles bien drainées et aérées.
- Éviter la présence d’eau sur le feuillage.
- Réduire l’hygrométrie ambiante de la culture : aérer, chauffer, irriguer en milieu de journée.
- Ne pas travailler dans les cultures encore humides.
- Éliminer soigneusement les débris végétaux en fin de saison.