France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Acariens des bourgeons

Acariens des bourgeons
Phytoptus avellanae

Ravageurs

Cycle de développement

Le phytopte passe l’hiver à l’intérieur des bourgeons hypertrophiés colonisés le printemps précédent.
En février, plusieurs dizaines d’individus femelles, des œufs et des larves à différents stades se trouvent à l’intérieur des bourgeons.
La migration commence en avril dès que les pousses ont 2 ou 3 feuilles déployées et se termine en juin.
Les jeunes bourgeons, pas encore protégés par leurs écailles, sont alors contaminés au fur et à mesure de leur apparition au cours de l’allongement des nouvelles pousses.
Les glomérules femelles sont infectés préférentiellement.
En conditions favorables à l’automne, il peut y avoir une migration plus restreinte d’adultes de seconde génération.

Dégâts

Après le balanin, c’est le principal ravageur des noiseraies.
En l’absence de traitement, il peut réduire la production de plus de 20% en liaison avec l’avortement des bourgeons végétatifs et des glomérules qu’il colonise.
Le phytopte provoque par ses piqûres de prise de nourriture de graves désordres physiologiques dans les bourgeons attaqués. Ces derniers sont progressivement transformés en galles très visibles durant l’hiver ; ils sont hypertrophiés et difformes. Leurs écailles sont anormalement épaisses et rougeâtres.
Lors de la période de débourrement, ces bourgeons végétatifs ou ces glomérules femelles n’évoluent pas et meurent.

Mesures prophylactiques

Sur les variétés sensibles (Daviana, Cosford, Negret, Segorbe, Butler, Corabel…), les traitements sont quasiment obligatoires chaque année.
Ils sont mis en œuvre dès que le pourcentage de bourgeons en galles dépasse 10%.

Le premier traitement doit être réalisé après le débourrement au stade de la 3ème feuille déployée.
Il sera suivi d’un second traitement pendant la période de migration et en fonction de l’activité du parasite.
En fonction de la précocité du noisetier (Corabel) et des conditions de l’année, le premier traitement peut coïncider avec celui contre le balanin.