France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Brûlure des feuilles de la carotte

Brûlure des feuilles de la carotte
Alternaria dauci

Maladies

Ils se caractérisent par des petites taches brunâtres, auréolées de jaune, disséminées sur le bord des feuilles âgées. Si les conditions lui sont favorables, le nombre de taches augmente. Les folioles se dessèchent et se recroquevillent.

Sur les pétioles, on observe des nécroses oblongues plus claires ; les feuilles se dessèchent sans présenter de lésions particulières.

Ce champignon peut également être responsable de fonte de semis, de lésions sur les racines ainsi que de dégâts sur les porte-graines.

Cycle de développement

La transmission de cette maladie s’opère principalement par les semences non traitées

Ce parasite peut toutefois se maintenir sur une parcelle par les infections des déchets de culture ou passer d’une culture à l’autre.

Confusion possible

Risque de confusion avec des brûlures du feuillage provoquées par des coups de soleil.

Facteurs favorables

La dissémination des spores se fait par les projections de gouttes d’eau de pluie ou d’irrigation.

L’infection est maximale par temps pluvieux ou avec des rosées.
Son développement dépend également des températures, l'optimum se situant entre 24 et 28°C.

Dans ces conditions, les semis de fin de printemps et d’été sont particulièrement exposés, surtout en cas de peuplements élevés car les conditions climatiques de la fin de l’été et de l’automne sont souvent favorables à la maladie.

Dégâts

L'alternariose est la principale maladie du feuillage de la carotte.

Comme pour toutes les maladies du feuillage, son incidence économique se traduit par des baisses de rendement provoquées par la perturbation des fonctionnalités du feuillage (photosynthèse).
Ces pertes de rendement sont proportionnelles à la surface foliaire touchée.
Généralement, les racines seront plus petites et les lots de production seront donc plus hétérogènes.

Mesures prophylactiques

-Adopter une fertilisation azotée raisonnée et sans excès.

-Eviter de laisser des résidus de récolte sur la parcelle.

-Eviter les arrosages en fin de journée ou la nuit qui maintiennent longtemps le feuillage humide. Surveiller particulièrement les cultures irriguées.

-Protéger les semences (en production grainière) par des traitements en végétation.
Utiliser des semences commerciales traitées.

De plus en plus de variétés de carottes sont tolérantes à l'alternariose.
Cette tolérance permet de diminuer la pression de la maladie mais n'est pas suffisante pour protéger la culture jusqu'à la récolte.
Un programme de protection fongicide s'impose donc par des applications tous les 10 à 15 jours.
Ces applications débuteront selon les préconisations des Avertissements agricoles ou dès que les conditions climatiques sont favorables à la maladie, c’est à dire fin mars pour les carottes primeurs, en juin pour les carottes d’été et fin juillet–début août pour les carottes de garde.