France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Bastid et Blason, du biocontrôle contre le mildiou et l’oïdium

Pleinecoute
27.10.2016
Zoom grappe de raisin sur pied de vigne

Dès 2017, Syngenta commercialisera Bastid et Blason sur vigne, deux stimulateurs de défenses naturelles contre le mildiou et l’oïdium.

Bastid, et Blason, sont homologués en tant que stimulateurs des défenses naturelles (SDN) et autorisés sur vigne pour lutter contre le mildiou et l’oïdium. Ces solutions de biocontrôle, commercialisés par Syngenta dès 2017, bénéficieront du Nodu Vert biocontrôle du ministère chargé de l’Agriculture.

Un SDN naturel…

« Bastid et Blason sont composés d’oligosaccharides (fragment de sucre) issus de produits naturels : carapaces de crustacés et pelures de pommes et d’agrumes, précise Muriel Maes, chef marché fongicides vigne, arboriculture et biocontrôle chez Syngenta France. Le produit est non classé et sera conforme à l’agriculture biologique. » La solution est composée de 12,5 g/l de COS-OGA, une substance active d’origine FytoFend, société belge spécialisée dans la protection des végétaux par des éliciteurs. Cette substance active a été approuvée au niveau européen en tant que « substance à faible risque » : et elle ne nécessite pas de LMR, limite maximale de résidus. 
« Bastid et Blason sont des stimulateurs de défenses naturelles de type éliciteur : il renforce la protection naturelle de la plante contre les pathogènes », reprend Muriel Maes. Sur vigne, le produit est autorisé contre le mildiou et l’oïdium, à la dose de 2 l/ha, en association avec un fongicide, pour huit applications maximales par an.

… à positionner de façon préventive

Portrait de Muriel Maes« L’utilisation de Bastid ou de Blason dans les programmes, comme celle de Redeli, autre SDN autorisé contre le mildiou de la vigne que nous commercialisons cette année, dépendra des régions, des situations, explique la chef marché. Mais l’activation des défenses doit être réalisée avant l’apparition des maladies : cette solution est donc à positionner de façon préventive. »
Bastid et Blason pourront offrir la possibilité de réduire de 20 à 50 % les doses de produits phytosanitaires associés au sein de programmes qu’ils soient conventionnels ou d’agriculture biologique à base de cuivre par exemple. L’opportunité est donc de réduire les IFT. En agriculture biologique cela contribuera au respect des limitations d’apports annuels de cuivre métal, susceptibles de diminuer. 
La spécialité a l’avantage de présenter un nouveau mode d’action, solution intéressante pour la gestion des résistances. Elle n’exige en outre aucune condition de stockage particulière. Muriel Maes explique :

« Bastid et Blason, à base de COS-OGA, sont des stimulateurs de défenses naturelles de type éliciteur : il renforce la protection naturelle de la plante contre les pathogènes »