France

Vous êtes ici

Le Forum for the future of agriculture met le cap sur demain

Pleinecoute
13.02.2017
Conférence Forum for the future of agriculture à Reims janvier 2017

Légende photo : Philippe Lecouvey (Acta), Jean-Marie Chauvet (Institut de la bioraffinerie), Pascal Bordes (Yara) et David Causse (Same Deutz-Fahr).

Le Forum for the future of agriculture, organisé à Reims le 25 janvier a permis de cerner les grands défis de l’agriculture.

Porté par Syngenta, l’AGPB* et l’association ELO** cette conférence a été l'occasion d’aborder des thématiques d’avenir pour l’agriculture : le défi alimentaire, la Pac 2020  et l’innovation. Retour sur les principaux messages de la journée portés par les meilleurs experts.

Pourquoi produire pour les besoins mondiaux ?

La question peut paraître naïve. Elle se pose toutefois au regard des postures de stagnation ou de décroissance. Sébastien Abis, directeur du thinktank Demeter met en avant la géopolitique : « Toutes les régions du globe ne peuvent pas produire suffisamment pour elles-mêmes. Il faut alimenter ces zones, qui peuvent devenir des zones de conflit si le manque perdure. » Pour Michel Portier, DG d’Agritel, la France a tous les atouts pour relever ce défi. À condition de rester compétitif vis-à-vis de la concurrence, y compris européenne : « On ne doit pas s’interdire les biotechnologies qui représentent le progrès. » Un avis partagé par le président de Syngenta France, Denis Tardit. Qui ajoute le virage du digital, à ne pas rater, et la construction de filières d’excellence à raisonner à l’échelle des régions.

La PAC 2020 - une nouvelle direction

Les réflexions pour la prochaine Pac sont déjà lancées. « C’est le bon moment », confirme Catherine Geslain-Lanéelle. La directrice générale de la performance économique et environnementale des entreprises au ministère de l’Agriculture se positionne : « Il faut réduire les risques pour les agriculteurs, qu’ils soient liés au marché ou au climat. » Les aléas de 2017 ont laissé des traces. Achim Irinescu, ex-ministre roumain de l’Agriculture, abonde sur la nécessité d’outils de gestion de crise plus efficaces. Et les aspects environnementaux ? Céline Charveriat, directrice exécutive de l’IEEP*, prône une approche « scientifique rigoureuse » et rappelle qu’il y a d’autres outils que la Pac pour réduire l’impact de l’agriculture.

Mission innovation 2025

C’est un thème abordé tout au long de la journée : le rôle central de l’innovation pour l’agriculture de demain. Le directeur général de l’Acta* Philippe Lecouvey a présenté le rapport « Agriculture-Innovation 2025 », dont il est l’un des co-auteurs. Trois priorités y sont listées : privilégier l’approche systémique face au changement climatique, faire toute leur place aux nouvelles technologies, fédérer tous les acteurs de la recherche derrière la compétitivité agricole. Les agro-fournisseurs sont déjà sur le pont. Pascal Bordes (Yara) et Davide Causse (Same Deutz-Fahr) en ont témoignés, se rejoignant sur l’idée selon laquelle « l’innovation implique une part de risque », pour les concepteurs comme pour les utilisateurs.

* AGPB : Association Générale des Producteurs de Blé
** ELO : European Landowners Organisation
*** Acta : réseau des instituts techniques agricoles