France

Vous êtes ici

Témoignages ICC vigne Fytosave Blason

Bourgogne : un bon accueil pour Fytosave et Blason

Les spécialités de biocontrôle pour gérer le mildiou et l’oïdium ont suscité un vif intérêt en Bourgogne avec un positionnement post-floraison.

Essayer une nouvelle approche

Vignoble région Bourgogne Bastid Blason« Pour leur première année de commercialisation, Fytosave et Blason ont suscité un vif intérêt chez les distributeurs et les viticulteurs. C’est une nouvelle approche pour protéger la vigne du mildiou et de l’oïdium qu’ils ont souhaité tester pour constater par eux-mêmes son efficacité » remarque Pascal Grosbon, ingénieur conseil culture chez Syngenta dans la région. Au final, Fytosave et Blason ont été utilisés sur plus de 4 000 hectares, « avec des résultats équivalents aux programmes conventionnels à confirmer car la campagne 2017 était peu propice aux maladies » souligne-t-il.

Mieux gérer les résidus en post-floraison

Dans la région, la majeure partie des applications de Fytosave et Blason a été réalisée en post-floraison avec du cuivre et du soufre en réduction de doses, « mais certains l’ont utilisé en début de saison, voire même en encadrement de floraison avec des fongicides de synthèse, en fait les vignerons observent et cherchent le meilleur positionnement du produit dans leur contexte. Les applications en fin de saison ont souvent été privilégiées afin de mieux gérer la question des résidus » remarque Pascal Grosbon. Pour 2018, la plupart des vignerons souhaitent renouveler, voire élargir leur expérience Fytosave et Blason afin de mieux maîtriser cette nouvelle approche pour protéger leur vignoble.

Champagne, Centre : Fytosave et Blason font leurs preuves sur vigne

Les spécialités de biocontrôle Fytosave et Blason affichent de bonnes performances sur mildiou et oïdium.

Gel, mildiou tardif et oïdium discret ont marqué cette campagne

« La campagne 2017 a été compliquée avec un gel printanier qui a affecté de nombreux vignobles du Centre et de l’Est avec une conséquence importante attendue sur les volumes de récolte » observe Bernard Noye, ingénieur conseil culture dans la région pour Syngenta. « Parallèlement, le mildiou s’est développé tardivement à partir de la floraison avec des tâches sur feuilles et peu de symptômes sur grappes. L’oïdium est resté plutôt discret même si localement certaines parcelles ont été impactées. Enfin, le black-rot a été quasiment absent cette année ».

Un intérêt marqué et de belles performances pour Fytosave et Blason

Dans ce contexte, les vignerons voulaient assurer leur récolte tout en protégeant différemment. Ainsi, les nouvelles spécialités de biocontrôle Fytosave et Blason ont séduit de nombreux vignerons avec plus de 3 500 hectares protégés sur l’ensemble de ces vignobles. « Les vignerons ont bien compris l’intérêt de cette nouvelle approche du biocontrôle qui leur permet de faire évoluer leurs pratiques et de le faire savoir auprès de leurs clients » commente Bernard Noye. En général, les applications de Fytosave et Blason ont été réalisées après la floraison avec des doses réduites de cuivre (300 à 400 g/ha) et de soufre (3 à 4 kgs/ha) et en séquence de 2 à 3 applications. D’autres vignerons les ont utilisées en début de programme, en association avec des fongicides conventionnels à doses réduites (50 à 70 % de la dose homologuée). « Les vignerons sont satisfaits pour cette première année d’utilisation avec des efficacités comparables aux programmes à pleine dose sur mildiou et oïdium » remarque Bernard Noye, « avec ce type de produit, ils se préparent à une nouvelle façon de protéger leur vignoble en réponse aux attentes sociétales ».

Midi-Pyrénées : les biocontrôles Fytosave et Blason en observation

Les vignerons sont en observation face aux innovations Fytosave et Blason pour gérer le mildiou et l’oïdium de la vigne.

Des vignes gelées et des volumes en moins

Grappes de raison sur pied de vigne en Midi Pyrénées« Dans la région, la campagne a été très difficile avec dans certains vignobles, comme Cahors, des vignes gelées à 80 %. Plus généralement, la récolte attendue sera en baisse d’au moins 15 % » observe Renaud Danon, ingénieur conseil culture chez Syngenta. « Par ailleurs, la climatologie de l’année a occasionné peu de contaminations mildiou et oïdium. Dans ce contexte, malgré un intérêt pour le biocontrôle, beaucoup de viticulteurs n’ont pas osé franchir le pas d’une nouvelle approche de protection » ajoute-t-il.

De fortes attentes en bio

« En fait, ils attendent de vérifier le niveau de la promesse de réduction de doses pour s’approprier cette innovation. Les viticulteurs bio sont eux dans une forte attente pour réduire les doses de cuivre, ce que ce produit les aidera à faire quand il sera utilisable en bio » poursuit Renaud Danon.

Fytosave et Blason sont en quelque sorte en observation, avant un décollage attendu dans les campagnes à venir.

Nouvelle Aquitaine : promesses tenues sur mildiou et oïdium

En 2017, les vignerons sont séduits par la nouvelle approche de protection avec les biocontrôles Fytosave et Blason.

 Une pression mildiou et oïdium discrète en début de saison

« Pour cette première année de commercialisation, les nouvelles spécialités Fytosave et Blason ont été confrontées à une campagne atypique avec un début de saison marqué par le gel, un mois de juin chaud puis de fortes pluies fin juin qui ont déclenché des situations de contaminations mildiou et oïdium dans de nombreuses situations » observe Gilles Robert, ingénieur conseil culture chez Syngenta pour la région Sud-Ouest. Au final, le mildiou et l’oïdium ont occasionné peu de dégâts généraux hormis le mildiou de fin de saison sur feuilles pour des programmes arrêtés mi-juillet.

Fytosave et Blason en pré-floraison mais aussi en post-floraison

« Malgré ce contexte parfois délicat, de nombreux vignerons ont été séduits par l’innovation Fytosave et Blason de par son mode d’action sur la stimulation des défenses naturelles et la perspective de réduire les doses de produits phytosanitaires et donc les IFT » précise Gilles Robert. Fytosave et Blason ont ainsi été utilisés sur près de 8 000 hectares dans la région. Les utilisations se sont faites majoritairement en début de saison avec des contacts conventionnels à dose réduite comme le métirame ou des produits à base de zoxamide à 70 % de leur dose d’homologation. Fytosave et Blason ont également été appliqués en fin de saison avec du cuivre et du soufre afin de gérer les résidus. « Les vignerons utilisateurs rencontrés sont satisfaits des résultats qui ressortent aussi bons que les programmes conventionnels contre le mildiou et l’oïdium.  Fytosave et Blason séduisent par leur côté naturel et les producteurs visités pensent renouveler cette expérience l’an prochain » ajoute-t-il.

Sud Est : réduire les doses avec le biocontrôle

Les nouvelles protections de biocontrôle Fytosave et Blason ont séduit de nombreux vignerons qui souhaitent réduire les doses de produits conventionnels.

Une nouvelle approche en phase avec les attentes environnementales

« Notre nouvelle spécialité de biocontrôle a suscité un grand intérêt de la part des distributeurs et des vignerons motivés par l’innovation et les nouvelles approches de protection des plantes. Objectif, réduire les doses de produits conventionnels qu’ils soient d’ores et déjà en démarche environnementale ou en évolution vers de nouvelles approches de protection en phase avec leur environnement » observe Jean Litoux, ingénieur conseil culture chez Syngenta. « Bastid et Blason permettent en effet aux vignerons de valoriser leur travail auprès de leurs clients » ajoute-t-il.

Fytosave et Blason utilisés plutôt en début de saison

Vignoble de la région sud Bastid Blason« Dans la région sud est, pour cette première année, Bastid et Blason ont été utilisés plutôt avant la floraison en association avec des doses de cuivre et de soufre réduites mais aussi parfois des fongicides de synthèse en réduction de doses de 30 % » commente Jean Litoux. « Les retours du terrain sont très positifs à la fois sur mildiou et oïdium dans une année plutôt typée oïdium, le mildiou étant resté très discret. Ainsi, les utilisateurs ont apprécié l’intérêt de Fytosave et Blason pour sécuriser par exemple les cadences de renouvellement du soufre et du cuivre. Et signe très encourageant, ils souhaitent en refaire avec parfois un positionnement aussi en post-floraison ! »

Val de Loire : nouvelle approche de protection pour gérer le mildiou et l’oïdium

Avec un nouveau mode d’action, Fytosave et Blason interrogent les vignerons motivés pour réduire les doses dans le Val de Loire.

Fytosave et Blason, un mode d’action innovant

Malgré un contexte économique plutôt difficile dans certains secteurs du vignoble et des parcelles qui ont subi le gel printanier, les nouvelles spécialités de biocontrôle Fytosave et Blason interrogent les vignerons par un mode d’action innovant et une promesse de réduction des doses. « On observe une certaine curiosité pour ces nouvelles spécialités de biocontrôle mais les vignerons attendent de nouvelles preuves sur leur efficacité avant de les intégrer largement dans les programmes » souligne Marie-Noëlle Tanné, ingénieur conseil culture chez Syngenta dans la région.

En post-floraison en association avec du soufre et du cuivre

Feuilles de vignes en Val de Loire Bastid et Blason« Dans la région, Fytosave et Blason ont été utilisés sur quelques centaines d’hectares plutôt après la floraison avec du cuivre et du soufre en réduction de doses » commente Marie-Noëlle Tanné avec des résultats difficiles à évaluer pour une première campagne compte tenu de la faible pression parasitaire. Des résultats donc à confirmer en 2018 pour convaincre des vignerons qui ont bien compris l’intérêt du biocontrôle pour prendre le virage d’une nouvelle approche pour protéger leur vignoble.