Vous êtes ici

Share page with AddThis

L'inquiétante progression de la flavescence dorée

Vigne
03.04.2014
Vignoble bordelais

Avec de nouveaux foyers en PACA mais aussi en Côte d’Or ou encore dans le Gard, la Drôme ou le Vaucluse, la flavescence dorée progresse en France.

En 2013, 9 régions viticoles étaient concernées avec un périmètre de lutte obligatoire de 440 000 hectares soit 58 % du vignoble français.

9 régions viticoles concernées par la flavescence dorée

La plupart des régions viticoles sont désormais concernées par la maladie sur une superficie plus ou moins importante de leur vignoble ce qui représente 440 000 hectares soit 58 % du vignoble. Les régions les plus impactées sont l’Aquitaine, la Corse, le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes avec la plus grande partie de leur vignoble en périmètre de lutte.

Flavescence dorée : PACA est durement touchée et la Bourgogne en alerte

Avec 17 hectares arrachés à Orgon et Eygalières sur un seul domaine dans les Bouches du Rhône, la flavescence dorée a frappé très durement en 2013 en PACA. Un autre foyer a été détecté dans le Vaucluse en dehors du périmètre de lutte obligatoire et à une trentaine de kilomètres des foyers existants. Et, dans la Drôme, 6 hectares doivent être arrachés en totalité sur 2 communes.

En Bourgogne, où la maladie a été découverte en 2011 dans le Nord Mâconnais, la flavescence dorée a conduit à arracher 11,3 hectares en 2013. Le vaste dispositif de lutte mis en place en 2013 a permis d’enrayer la maladie dans cette zone et seulement 0 ,11 hectares ont été arrachés cet hiver. Néanmoins, la vigilance est de rigueur avec la détection de pieds isolés atteints en Côte d’Or, département jusqu’à présent indemne de la maladie.

La lutte aménagée progresse : 58 % du périmètre de lutte obligatoire

Quand un foyer de flavescence est déclaré, la lutte insecticide obligatoire se met en place et repose sur 3 traitements. Par la suite, en fonction de la pression mais aussi de la surveillance mise en place dans les zones concernées, la lutte peut être aménagée à 2,1 voire zéro traitement.. Dans le contexte délicat actuel, la lutte aménagée contre la cicadelle vectrice de la flavescence dorée progresse tout de même. Elle est passée de 236 000 hectares en 2010 à 255 000 hectares en 2013 soit 58 % du périmètre de lutte obligatoire. La situation est sur ce point très contrastée selon les régions : 90 % en Aquitaine et seulement 20 % en Languedoc-Roussillon. « L’aménagement de la lutte n’est possible qu’avec une surveillance et une prospection rigoureuse des pieds malades dans le vignoble réalisée en fonction des régions par les GDON ou les Fredon. Or, dans certaines régions comme le Languedoc-Roussillon, dans certaines zones, on se contente de repérer les gros foyers et par ailleurs, tous les traitements obligatoires ne sont pas nécessairement réalisés d’où une reprise possible des foyers et de la maladie » explique Jacques Grosman, expert vigne à la DGAL.

Au final, le nombre moyen de traitements au niveau national est de 2,1.

La flavescence dorée en 2013 – Source DGAL

RégionSuperficie viticole (ha)Superficie PLO
traitements
non aménagés (%)
Superficie PLO traitements
aménagés (%)
Nombre moyen
de traitements (2) 
Aquitaine 141 9362 %90 %1,6
Bourgogne  31 448 42 %29 %     2,2
Charentes 82 13549 % 23 %    2,7
Languedoc-
Roussillon
 219 990     58 %20 %2,6
Limousin 20633 %4 %2,9
Midi-Pyrénées    35 225 100 %2
PACA (1)    91 112 12 %0,7
Rhône-Alpes 50 315     219 hectares15 %1,1
FRANCE 759 327 24 %    34 %    2,1

(1) En Paca, la situation devrait fortement évoluer en 2014 avec l’entrée en PLO d’une grande partie du département des Bouches du Rhône.

(2) Le nombre moyen de traitement tient compte des obligations de traitement dans les PLO, obligations qui ne sont pas toujours respectées, la réalité peut être inférieure.

La flavescence dorée en France depuis les années 50
La flavescence dorée a été observée pour la première fois en Armagnac au milieu des années 50. Dans les années 80, une très forte progression de la maladie s’est manifestée atteignant la majeure partie du vignoble languedocien. A la fin des années 90, la flavescence dorée avait colonisé la totalité des départements de l’Aude, des Pyrénées Orientales et de l’Hérault. Puis la maladie s’est étendue en Midi-Pyrénées, au Sud de l’Aquitaine et en Charentes. Au début des années 2000, la  flavescence dorée a été observée en  Vaucluse, Drôme, Savoie, Bourgogne, Beaujolais. La Champagne, le Jura et le Val de Loire sont  encore indemnes (mais la cicadelle est présente). L’Alsace et la Lorraine sont les seules régions à la fois indemnes et sans cicadelles.