Vous êtes ici

Share page with AddThis

Maladie de la flavescence dorée : bien choisir ses insecticides

Vigne
27.07.2014

Seule la protection préventive contre la cicadelle de la flavescence dorée est efficace. Bien choisir son insecticide est donc essentiel.

Il convient de prendre en compte plusieurs critères : action de choc, durée d’action et profil vis-à-vis de la faune auxiliaire. Une nouvelle solution intéressante sur ces 3 points est désormais disponible.

Il n’existe aucun moyen de lutte contre la maladie de la flavescence dorée. Une fois déclarée, la seule issue est l’arrachage des pieds touchés pour éviter la transmission du phytoplasme par la cicadelle Scaphoideus titanus.

Cicadelle de la flavescence dorée : une nouvelle famille chimique est disponible

Alors que la plupart des insecticides autorisés pour lutter contre la cicadelle de la flavescence dorée appartiennent à 2 familles chimiques : les organophosphorés et les pyréthrinoïdes dont un pyrèthre naturel autorisé en viticulture biologique, Syngenta a développé récemment une nouvelle spécialité Luzindo. Ce produit autorisé en 2013 est composé de 2 substances actives complémentaires dont une particulièrement efficace sur les cicadelles. Elle permet d’introduire une nouvelle famille chimique sur cet usage, les néonicotinoïdes.

Dans la famille des pyréthrinoïdes, Syngenta propose une spécialité : Karaté Zéon.

Contre cicadelles : durée d’action et action de choc sont à prendre en compte

Pour une lutte efficace contre la cicadelle de la flavescence dorée (larves et adultes), la durée d’action est un critère de choix important. Alors que les pyréthrinoïdes et les organophosphorés offrent des durées d’action de 2 à 3 semaines, Luzindo garantit une couverture d’au moins 30 jours, un plus apprécié par les viticulteurs dans la gestion de leur protection insecticide.

L’action de choc est également un critère important. Luzindo présente une forte action de choc contre les larves et les adultes : les cicadelles présentes au moment du traitement meurent après quelques heures, ce qui limite fortement leur pouvoir de contamination.

La polyvalence : un facteur clé

Il peut être intéressant de coupler la lutte contre la cicadelle de la flavescence dorée avec celle contre d’autres ravageurs, en particulier les tordeuses de la grappe. En utilisant des insecticides polyvalents bien positionnés, on peut limiter le nombre d’applications. C’est le cas de Karaté Zéon et Luzindo qui sont homologués contre les 2 cicadelles (de la flavescence dorée et des grillures) mais aussi contre les vers de grappe. Luzindo est autorisé quant à lui aussi sur Metcalfa.

Luzindo est autorisé pour une application après la floraison de la vigne. Il sera utilisé pour le T2 ou le T3 contre la cicadelle de la flavescence dorée en lutte conjointe contre les tordeuses de la grappe de 2ème et 3ème génération (G2 et G3).

Pour en savoir plus sur les conditions d’utilisation : Luzindo, Karaté Zéon.

Privilégier la protection raisonnée

Dans le choix des spécialités insecticides, il est recommandé de prendre en compte les effets sur la faune auxiliaire. De ce point de vue, la nouvelle spécialité Luzindo bénéficie d’un classement NFT (neutre à faiblement toxique) sur les typhlodromes, intéressant dans le cadre d’une lutte certes obligatoire mais qui doit rester raisonnée.

Utiliser des plants sains
La lutte contre la flavescence dorée commence dès la plantation avec l’utilisation de plants sains.
Le traitement à l’eau chaude – TEC – technologie qui consiste à immerger les bois ou les plants dans l’eau à 50 °C pendant 45 minutes, a fait ses preuves pour éliminer le phytoplasme responsable de la flavescence dorée. Il est obligatoire (article 21, arrêté du 31/12/13) pour tout matériel de multiplication en cas de risque de contamination de parcelles de vignes mères de greffons et porte-greffes à partir de ceps de vigne situés à proximité.