France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Expérience en grandes parcelles viticoles pour Bastid et Blason

Vigne
28.11.2018
Vignoble dans l'est de la France

En Ardèche, Beaujolais, Bourgogne et Alsace, les biocontrôles Bastid et Blason ont fait leurs preuves dans les vignes.

Des biocontrôles plutôt positionnés en fin de programme

« Intégrer des solutions de biocontrôle dans un programme de protection est une nouvelle démarche pour de nombreux vignerons » explique Pascal Grosbon, ingénieur conseil culture Syngenta dans les vignobles septentrionaux. « C’est pourquoi, nous avons mis en place sur 10 exploitations viticoles une expérience dans des parcelles de vignerons (1 à 2 hectares), où ils décidaient eux-mêmes le positionnement des biocontrôles Bastid et Blason ». Dans un contexte où la pression mildiou était forte en début de saison, la plupart d’entre eux ont fait le choix d’utiliser Bastid ou Blason plutôt sur les deux derniers traitements. Ainsi, au Château de Corcelles dans le Beaujolais, Blason a été appliqué avec un fongicide anti-mildiou conventionnel à dose réduite (de 30 %) le 27 juin puis avec une solution à base de cuivre à la véraison (dose réduite de 25 %). « Nous avons fait ce choix de positionnement car nous n’étions pas très sereins en début de programme avec une forte pression mildiou à cette période. Les résultats obtenus avec Blason ont été très satisfaisants avec une efficacité identique entre la modalité conventionnelle et la modalité biocontrôle » explique Didier Thevenet du Château de Corcelles. Autre exemple, Anne-Sophie Debiais, responsable technique à la Cave des Vignerons des Pierres Dorées, a également positionné cette année Blason chez un vigneron coopérateur en fin de programme mais elle envisage pour la prochaine campagne « d’expérimenter cette nouvelle solution de biocontrôle sur d’autres périodes (en particulier en début de saison) avec des attentes fortes sur oïdium mais aussi en bio depuis la récente autorisation de Blason ».

« Quelques vignerons ont aussi fait le choix d’une application en début de programme afin de réduire les doses de produits conventionnels » souligne Pascal Grosbon. « Dans tous les cas, le programme biocontrôle était aussi performant que le programme conventionnel ».

Mieux gérer les résidus, améliorer l’image

« Les vignerons et les acteurs de la filière sont favorables à l’introduction de solutions de biocontrôle dans leurs programmes » observe l’ingénieur conseil. « Cela leur permet, notamment, pour les applications de fin de programme de diminuer les doses de produits conventionnels et donc de gérer au mieux la problématique des résidus ». L’intérêt suscité par les biocontrôles est également motivé par le besoin d’améliorer l’image de la filière.

Anne-Sophie Debiais souligne par ailleurs, que « pour certaines parcelles de vignerons des Pierres Dorées situées à proximité d’un village voire dans certains cas d’un collège, il est très important de proposer à ces vignerons de nouvelles démarches compatibles avec leur environnement proche ».

Bastid et Blason sont maintenant utilisables en viticulture biologique et pourront ainsi permettre de réduire les doses de cuivre et de soufre dans la lutte contre le mildiou et l’oïdium.