En vigne, surveiller les pièges pour évaluer le risque tordeuses

Vigne
Eudemis, tordeuse de la grappe

Les réseaux de piégeage commencent à capturer les premiers adultes des vers de grappe. La surveillance est de mise.

Avec le démarrage des vols de première génération, les pièges révèlent les premiers adultes Eudémis et/ou Cochylis. Même si le risque de dégâts reste aujourd’hui faible, du fait des stades phénologiques, le suivi des captures des tordeuses de la grappe doit se poursuivre. L’identification des pics de vol est un élément essentiel pour bien positionner les moyens de protection, biologiques ou conventionnels. 10 jours après l’émergence des papillons, les pontes renseignent sur le degré de nuisibilité du ravageur. En première génération, les traitements sont effectués en cas de forte population : au-delà de 30 glomérules pour 100 inflorescences (seuil variable selon les régions). La protection de la vigne contre la deuxième génération demeure essentielle pour garantir la récolte. En cas de troisième génération, pour Eudémis, deux traitements espacés de vingt jours peuvent être nécessaires en cas de forte attaque.

09/04/2024
Sur vigne, repérer les mange-bourgeons
Plusieurs ravageurs consomment les bourgeons ou les jeunes feuilles des vignes. Le seuil de risque est fixé à 15 %.
Noctuelles, boarmies, chenilles bourrues... autant d’insectes qui apprécient les jeunes bourgeons et les jeunes feuilles de la vigne. L’observation doit se poursuivre, chaque semaine, jusqu’au stade première feuille étalée. Pour cela, noter les pourcentage de ceps présentant des dégâts : le seuil indicatif de risque est de 15 %. Les symptômes ne doivent pas être confondus avec ceux occasionnés par des scolytes ou des escargots. Pour les noctuelles et la boarmie, le risque est d’autant plus important si les températures sont basses et si le débourrement se prolonge. La chenille bourrue apprécie de son côté des températures plus douces, proches de 10°C. L’enherbement au pied des ceps est une mesure prophylactique efficace : cette végétation constituant un dérivatif alimentaire également très apprécié des ravageurs. La présence d’auxiliaires (carabes, passereaux et chauve-souris) peut également permettre de contenir efficacement les attaques.

Voir les solutions Syngenta
- Karate Zeon
Karaté Xflow
Kusti
Karaibe Pro
Ninja Pro
Sentinel Pro
Trafo