Vous êtes ici

Share page with AddThis

Des produits précurseurs dans les programmes fongicides vigne

Vigne
03.03.2016

Anticiper sur les besoins des viticulteurs et les attentes de la société : la recherche de Syngenta se projette résolument vers des produits à même de répondre à toutes les contraintes. Stimulateurs de défenses naturelles ou produits de biocontrôle ouvrent la voie.

 

Un stimulateur des défenses naturelles de la vigne

« Pour s’inscrire dans le mouvement agro-écologique et dans le cadre d’Ecophyto, Syngenta apporte des solutions novatrices, tels les stimulateurs de défenses naturelles et les produits de biocontrôle », introduit Philippe Bandiera, directeur marketing protection des plantes chez Syngenta France. Cette évolution est intégrée depuis plusieurs années maintenant dans les programmes de recherche de la société. Une orientation stratégique qui aboutit à la commercialisation, dès 2016, de Redeli. Ce produit de synthèse, stimulateur de défenses naturelles, vient renforcer les programmes anti-mildiou grâce à un nouveau mode d’action. Utilisé en association, il devrait permettre de réduire les quantités de produits partenaires comme les cuivres...

Une solution inédite de biocontrôle anti-mildiou et oïdium

2016 marquera également le lancement d’un produit de biocontrôle codé M11. Cette solution anti-mildiou et oïdium sera à associer avec des produits partenaires conventionnels. Ils pourront ainsi être utilisés à dose réduite diminuant d’autant la quantité de produits phytopharmaceutiques, tout en conservant leur efficacité. « En vigne, jusqu’à présent, le biocontrôle s’est développé surtout sur le marché insecticides. Sur le marché des fongicides, Syngenta est un précurseur », précise Philippe Bandiera.

La firme entend encore enrichir son offre biocontrôle dans les années à venir, d’autres produits étant d’ores et déjà en préparation. L’idée étant de les intégrer aux programmes conventionnels, cette association garantissant la solidité des réponses proposées aux problématiques des agriculteurs. « La profession est tout à fait ouverte aux solutions alternatives si les programmes délivrés restent efficaces, confirme Philippe Bandiera. A ce titre, les deux produits ont fait leurs preuves. Ils ont suivi le protocole d’homologation conventionnel, ce qui est gage de sérieux pour les viticulteurs. »