France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Les biocontrôles sécurisent la protection de la vigne dans le Sud-Est

Vigne
05.06.2019
Vignes en biocontrôle dans le Sud Est

Avec les biocontrôles, les vignerons en agriculture biologique souhaitent sécuriser leur protection fongicide pour plus de performance

Bastid / Blason, un biocontrôle à l’abri du lessivage 

« Lorsque le biocontrôle Bastid ® / Blason® a été homologué, nous pensions que cette nouvelle solution permettrait notamment d’accompagner la baisse des doses de cuivre. Mais, nous avons pu constater que dans le sud-est, les viticulteurs en agriculture biologique protègent déjà leur vigne du mildiou avec des doses très faibles de cuivre et que la plupart d’entre eux sont de fait en phase avec la nouvelle réglementation qui impose 4 kg/ha/an de cuivre métal lissé sur 7 ans » observe Jean Litoux, ingénieur conseil culture chez Syngenta dans le Sud-Est. En revanche, remarque Edouard Lorenzo, ingénieur commercial chez Syngenta dans la région, « pour lutter contre le mildiou et l’oïdium, les viticulteurs bio n’ont à leur disposition que des fongicides de contact, cuivre et soufre, qui sont lessivés dès qu’une pluie de 15 à 20 mm environ survient ». Une difficulté majeure qui impose une gestion très stricte du renouvellement des applications, sans quoi, après une pluie lessivante, la vigne risque de se retrouver sans protection dans l’attente de l’application suivante souvent dépendante des conditions d’accès à la parcelle.

C’est pourquoi, la solution de biocontrôle Bastid / Blason, qui a une action ciro-pénétrante, est à l’abri du lessivage une heure après son application, intéresse tout particulièrement les viticulteurs en agriculture biologique. « En situation de lessivage des produits contacts, le biocontrôle Bastid / Blason prend le relai et assure une efficacité d’au moins 50 %, une efficacité insuffisante seule mais qui permet de limiter les risques pour la future récolte en attendant le renouvellement » ajoute l’ingénieur.

Appliquer les biocontrôles en début de saison 

En pratique, souligne Stéphane Lance, ingénieur commercial chez Syngenta « nous recommandons aux vignerons de positionner Bastid / Blason dès les premières applications avec des fongicides à base de cuivre et de soufre afin de stimuler les défenses naturelles de la plante ». L’application de ce biocontrôle est préconisée au moins sur les 3 à 4 premières applications en séquence afin que les défenses naturelles se mettent en place. « C’est une période de forte croissance et la vigne ainsi stimulée est plus « forte » pour la période de forte sensibilité au mildiou et à l’oïdium autour de la floraison ».

Gagner en performance avec les biocontrôles 

Ainsi, grâce à une protection des vignes plus sûre et moins dépendante des aléas climatiques, les vignerons en agriculture biologique peuvent mieux préserver leur future récolte et gagner en performance. « Cette nouvelle approche de protection permet en effet d’accompagner les vignerons en agriculture biologique qui utilisent des doses de cuivre très réduites dans la protection mildiou en renforçant l’efficacité du programme et avec pour objectif de préserver voire augmenter la future récolte de quelques hectolitres par hectare » explique Stéphane Lance. 

Pour confirmer l’intérêt d’intégrer le biocontrôle Bastid / Blason dans les programmes de protection pour gagner en performance, Syngenta a mis en place en 2019 des essais chez des vignerons où le rendement sera mesuré. A suivre.

 


Focus
Bastid / Blason en fin de programme pour limiter le risque de brûlures 

Si le biocontrôle Bastid / Blason permet en début de programme de sécuriser l’efficacité des programmes mildiou avec de faibles doses de cuivre, en fin de programme, cette nouvelle solution est intéressante pour limiter les doses de soufre. « En effet, dans certaines parcelles très caillouteuses, l’ensoleillement couplé à la réverbération intense peut entrainer des problèmes de brûlures avec le soufre appliqué dans la protection oïdium en fin de saison. L’utilisation de Bastid / Blason sur cette période permet de réduire les doses de soufre de moitié et limite ainsi le risque de brûlures » explique Jean Litoux.


 

Témoignage
Mathieu Pastouret, Domaine Pastouret, 40 hectares dans le Gard 

Sécuriser la quantité et la qualité de la récolte

« En viticulture bio, les produits fongicides qui sont utilisés pour protéger la vigne du mildiou et de l’oïdium sont des produits de contact sensibles au lessivage. Quand, comme pour la campagne 2018, la pression est forte et les jours pour renouveler les traitements limités, nous sommes très inquiets pour la récolte. C’est pourquoi, nous nous sommes intéressés à la nouvelle solution de biocontrôle Bastid / Blason qui a un mode d’action ciro-pénétrant, permettant ainsi de garantir la protection de la vigne en cas de lessivage. En pratique, nous avons choisi d’appliquer Bastid / Blason sur les 3 premiers traitements (qui à mon avis sont déterminants) avec du cuivre et du soufre à dose réduite. Notre objectif est de sécuriser la future récolte sur le plan quantitatif mais aussi sur le plan qualitatif car si les grappes de raisin sont saines, elles seront aussi moins attractives pour un nouveau ravageur qui se développe dans notre région, Cryptoblabes gnidiella, ravageur pour lequel nous n’avons aucune solution en viticulture biologique ».