Vous êtes ici

Share page with AddThis

Contrer les goûts « moisis-terreux » en contrôlant le botrytis

Vigne
04.01.2016

Appliquée entre les stades A et B, la spécialité Switch est très efficace contre le botrytis et contribue à préserver la qualité des vendanges et donc des vins.

Les essais menés dans le cadre de la démarche Vignes & Qualités le confirment. 

3 essais en Val de Loire en 2015

Plus d’une trentaine d’essais Vignes & Qualités ont été mis en place dans différents vignobles depuis 2012. En 2015, trois essais ont été menés en Val de Loire. L’objectif était d’évaluer l’impact du programme de protection à base de Switch sur les attaques de botrytis, les rendements et plusieurs paramètres de qualité qui sont analysés sur le produit fini. La présence de géosmine, principale responsable des goûts « moisis-terreux », est l’un de ces paramètres.

Un impact sur la qualité du vin

Les résultats de cette année sont édifiants. Le moût des parcelles témoins a présenté jusqu’à 509 nanogrammes de géosmine par litre, un chiffre particulièrement élevé. En effet, le seuil de perception dans les vins est de quelques dizaines de nanogrammes. Avec une application de Switch au stade A, puis avec un produit d’une autre famille au stade B ou C, le botrytis a été bien contrôlé. La teneur en géosmine sur la parcelle ainsi protégée a été limitée à 84 nanogrammes. Cette moisissure secondaire, Penicillium, a un impact dépréciatif important sur le vin. 

Marie-Noëlle Tanné, Ingénieur conseil vigne chez Syngenta pour la région Centre-Ouest, témoigne :

Elle est assez difficile à détecter au vignoble, et quand la vendange contient de la géosmine, une correction œnologique est envisageable, mais elle est onéreuse et peut nuire aux arômes du vin.

 

Switch au stade A pour préserver la qualité et la quantité des vendanges

Si une certaine corrélation entre infestation de botrytis et géosmine est avérée, les contaminations restent aléatoires d’une année sur l’autre et selon les zones. Marie-Noëlle Tanné explique :

Face à ce risque difficile à anticiper, intégrer un traitement Switch au stade A, à la chute des capuchons, permet de bien contrôler le botrytis et de préserver le potentiel des cultures en quantité et en qualité.