Vous êtes ici

Share page with AddThis

Le black-rot s’étend dans les vignobles du Sud-Est

Vigne
12.07.2016
Vignoble provençal

Les vignobles du Sud-Est connaissent, depuis 2014, de fortes attaques de black-rot. Des solutions de lutte existent.

Témoignage de Jean Litoux, ICC dans le Sud-Est

Le black-rot, une maladie mal connue

Portrait Jean Litoux ICC Sud-Est« Le black-rot, c’est une maladie que l’on redécouvre depuis trois ans. Endémique dans le nord du Gard, elle s’étend depuis 2014 à l’ensemble du département, au Vaucluse et à l’Hérault avec une présence grandissante au fil des campagnes. Les raisons ne sont pas réellement identifiées : climat, utilisation spécifique de produits anti-oïdium… Nous nous apercevons que cette maladie est mal connue. Une chose est sûre : une fois installé, le champignon reste implanté pour plusieurs années dans la vigne
Au final, cette année, ceux qui ont suivi nos conseils en matière de traitement et de bonnes pratiques de pulvérisation, ont peu de dégâts. Les plus touchés sont les vignobles bio car dans ces exploitations, l’utilisation de soufre et de cuivre n’est pas suffisante pour maîtriser la maladie. Dans ces vignes, l’impact économique peut être important et aller, dans les pires cas, à la perte totale de la récolte.

Nous nous apercevons que cette maladie (black-rot) est mal connue. Une chose est sûre : une fois installé, le champignon reste implanté pour plusieurs années dans la vigne.

En agriculture raisonnée, notre stratégie en pré-floraison est basée sur l’utilisation de produit contenant du mancozèbe (Eperon Pépite) avec une lutte couplée au mildiou ou à l’oïdium avec des IDM. 
De la floraison à la fermeture des grappes, période de haute sensibilité des grappes à l’oïdium et au black-rot, nous conseillons de positionner Rocca ou Dynali, deux produits de la gamme Syngenta associant du difénoconazole et du cyflufenamid pour un maximum d’efficacité et de pérennité grâce à des sites d’actions différents. 
Après fermeture de la grappe, les interventions devront être raisonnées en fonction des conditions climatiques et de l’état sanitaire des parcelles, la grappe restant sensible au black-rot jusqu’à la pleine véraison ».