France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Restaurons la mémoire des anciens cépages

Vigne
18.10.2018
Extrait d'une planche de Redouté anciens cépages vigne

L’Académie d’Agriculture lance un appel aux dons pour restaurer la Collection des planches de Redouté sur la vigne.

Retrouver les variétés autochtones et oubliées

« C’est un document exceptionnel décrivant des variétés de vignes autochtones et oubliées de la fin du XVIIIe siècle, explique André Fougeroux, membre de l’Académie d’agriculture. Il n’existe qu’un seul exemplaire au monde, qui nécessite des restaurations. Et surtout, il n’est pas numérisé ! » Alors que le recours à des cépages anciens apparaît comme une des solutions d’adaptation de la viticulture française aux changements économique, environnemental, sociétal et climatique, l’Académie de l’Agriculture lance un financement participatif pour restaurer un patrimoine français : la Collection des planches de Redouté sur la vigne.

Tous les cépages présents en 1801

Les 83 planches représentent les cépages issus des quatre coins de France, identifiés par leurs noms usuels et leur département de collecte. Elles ont été réalisées sur papier vélin à partir de l’année 1807 par le peintre Pierre-Joseph Redouté, son frère Henri-Joseph et d’autres peintres botanistes*. Ce travail collectif a été initié et installé dans les jardins du Luxembourg à Paris, entre 1801 et 1804, sous l’impulsion de Jean-Antoine Chaptal, ministre de l’Intérieur de Bonaparte, mais aussi médecin, industriel, chimiste et agronome.

Au début de l’ampélographie

« Les planches de Redouté regroupent des images extrêmement précieuses, continue André Fougeroux. Cette mise en perspective historique est d'autant plus bienvenue qu'on assiste aujourd'hui à un puissant regain d'intérêt pour les variétés de vignes autochtones et oubliées. Elle préfigure aussi le développement d’une science nouvelle qui va prendre son essor au XIXe siècle : l’ampélographie, ou la science de l’étude des cépages. »

Un financement citoyen

L’Académie d’agriculture a choisi de financer la restauration de ce patrimoine botanique et artistique grâce aux dons. L’objectif est simple et affiché : appeler à un engagement des citoyens sur un bien et un plaisir appartenant à l’Humanité, le vin. Pour soutenir ce projet, allant de la simple restauration à l’édition d’un ouvrage complet avec contributions d’experts, rendez-vous sur la page du projet sur le site bluebees. Plus que deux semaines pour soutenir !

*comme Pierre-Antoine Poiteau, Pierre Jean François Turpin, Pancrace Bessa et Thérèse Baudry de Balzac.