Vous êtes ici

Share page with AddThis

Tournesol oléique et linoléique : des cultures d'avenir

Tournesol
09.03.2018
Parcelle de tournesol

Syngenta assoit son leadership en oléique et développe la technologie du linoléique pour gagner en potentiel sur toute la gamme.

Syngenta est aujourd’hui un leader mondial sur le marché des semences de tournesol. Une place que l’entreprise compte bien conforter en 2018 avec la commercialisation sur le marché français de 23 variétés sur le segment oléique et 17 sur le segment linoléique.

Précurseur sur le marché oléique, le groupe consacre aujourd’hui plus de 20 % de ses efforts de recherche sur ce segment oléique. Syngenta est leader sur le marché européen et dans la plupart des pays autour de la mer Noire. L’entreprise entretient une gamme variétale différenciée sur tous les terroirs agroclimatiques, avec un renouvellement de produits important sur les créneaux en croissance, en particulier sur le segment oléique, et sur le segment des tournesols tolérants aux herbicides.

Le tournesol, culture de rotation avec rendement et stabilité en ligne de mire

Syngenta développe depuis plus de 15 ans une stratégie dont l’objectif est de répondre aux attentes des agriculteurs et des industriels, notamment la performance des rendements, leur stabilité, avec une attention particulière aux stress biotiques et abiotiques.
La stabilité des résultats agronomiques est d’ailleurs une promesse annoncée par l’entreprise, garantie par les efforts de recherche et développement menés au sein du pôle de recherche et développement de Toulouse (Haute-Garonne). Une aubaine, les sélectionneurs ont la chance d’avoir un réservoir génétique important pour identifier des nouveaux critères de résistances, agronomiques, ou autres, utiles en sélection. Ces nouvelles technologies facilitent l’identification de zones spécifiques impliquées dans la résistance aux races de mildiou ou aux parasites comme l’orobanche par exemple.

Le tournesol, culture d’avenir

Autre objectif de sélection : répondre aux attentes des agriculteurs et des industriels français. En effet, les triturateurs demandent de plus en plus de tournesol oléique, au profil environnemental et sociétal apprécié par rapport à l’huile de palme, et avec des huiles capables de résister à de très hautes températures. Et les agriculteurs se tournent vers le tournesol pour ses caractéristiques agronomiques (tête de rotation, culture à faible taux de traitement, aides pour les mesures agro-environnementales dans le cadre de la nouvelle PAC…).

Et demain ? Les critères de sélection variétaux resteront d’abord agronomiques, avec l’amélioration du potentiel rendement et des critères de résistance aux stress biotiques et abiotiques. Et le travail sur des variétés avec des profils "santé" plus marqués est déjà bel et bien avancé, avec des taux d’huile moins saturés ou au contraire beaucoup plus saturés pour des applications industrielles spécifiques en réponse à la demande croissante de la filière huile.