France

Vous êtes ici

Essais de désherbage maïs près de Mont de Marsan, les résultats

Terres de progrès
22.07.2020
Test de solutions de désherbage sur maïs - pôle Terres de Progrès Mont de Marsan

Le pôle Terres de Progrès du sud-ouest a testé des solutions de désherbage sur maïs. Les résultats

6 parcelles de maïs en monoculture envahies de graminées

Les essais de désherbage maïs ont été mis en œuvre sur 6 parcelles en monoculture de maïs dans une exploitation à Duhort Bachen près de Mont de Marsan. « La moitié de ces parcelles sont des sols de limons de l’Adour avec irrigation et l’autre moitié des « terres noires » avec une forte présence de matière organique sans irrigation » observe Philippe Viot, Ingénieur Solutions agroécologie chez Syngenta. Toutes les parcelles de maïs sont en monoculture avec une très forte infestation de graminées, « en 2020 nous avons observé tout particulièrement une très forte pression de digitaires avec des levées échelonnées » précise l’ingénieur.

Les parcelles de maïs étaient infestées de digitaires

Les conditions météo du printemps 2020 (froid, 200 mm de pluie mi-mai, coup de chaleur début juin) ont par ailleurs handicapé le développement du maïs et compliqué le désherbage.

Dans ce contexte très particulier, plusieurs stratégies de désherbage chimique et/ou mixte ont été testées mais remarque Philippe Viot, « il n’a pas été possible de mettre en œuvre des leviers agronomiques, différentes dates de semis notamment, alors que ce levier peut être intéressant pour maîtriser les mauvaises herbes ». Le labour, qui se présente comme une technique agronomique intéressante pour mieux gérer les mauvaises herbes, n’a pas non plus été mise en œuvre car ne faisant pas partie des pratiques de l’agriculteur par crainte d’enfouir la matière organique.


Environnement

Accompagner les nouvelles recommandations Syngenta du S-métolachlore

Un des objectifs majeurs de Syngenta dans ces essais de désherbage était d’accompagner ses nouvelles recommandations d’usage des herbicides à base de S-métolachlore (Camix®, DuaL Gold Safeneur®) avec une dose maximum conseillée de 1 000 g/ha/an et une non-utilisation de ces herbicides sur les périmètres d’alimentation de captage prioritaires et zones sensibles, plusieurs parcelles d’essais de ce pôle sud-ouest se situant en effet à proximité d’une aire d’alimentation de captage. « Afin de préserver la qualité de l’eau en limitant de possibles transferts, Syngenta a en effet souhaité aller au-delà de la réglementation en diminuant les doses de S-métolachlore et en adaptant si nécessaire les stratégies de désherbage chimique et/ou mécanique » explique Philippe Viot ingénieur solutions agro-écologiques chez Syngenta. Syngenta a d’ailleurs développé un outil cartographique en ligne appelé Quali’Cible qui informe sur les recommandations d’emploi à respecter pour le S-métolachlore. En pratique, dans les essais, cela s’est traduit par une dose maximale de 2,5 l/ha pour une spécialité comme Camix.


Avantage aux stratégies de prélevée ou de post-levée précoce

Avantage aux stratégies de prélevée ou de post-levée précoceDans les essais du pôle sud-ouest, plusieurs stratégies de désherbage ont confirmé tout leur intérêt pour maîtriser la flore en respectant la dose maximale de 1 000 g/ha/an de S-métolachlore :

  • une application en prélevée de l’herbicide Camix à la dose de 2,5 l/ha puis un rattrapage en post-levée au stade 2-3 feuilles des adventices avec Elumis à 0,75 l/ha ou Calaris® à 0,7 l/ha + nicosulfuron

  • une application en post-levée précoce avec la spécialité Camix à 2 l/ha + Elumis à 0,5 l/ha + Calaris à 0,5 l/ha suivi, en fonction du salissement d’un traitement herbicide complémentaire avec un anti-liseron

  • enfin, une application en prélevée de Camix à la dose de 2,5 l/ha + chloracétamide à la dose de 0,7 l/ha a donné toute satisfaction en apportant de la régularité sur la problématique sétaires.

(Camix (prélevée) puis Elumis + nicosulfuron (post-levée

Les limites du désherbage mixte en 2020

Désherbage sur le rang (Camix) puis application herbicide Elumis + Casper puis binageDans une parcelle de maïs avec une très forte infestation de graminées mais aussi de dicotylédones (Xanthium, abutilon), un essai combinant désherbage mécanique sur le rang et binage a été mis en place. Une intervention en prélevée avec la spécialité Camix à la dose de 2,5 l/ha a été réalisée suivie de 2 binages. « Dans le contexte climatique de l’année et sur la parcelle de « terres noires » où était implanté l’essai, cette stratégie s’est avérée insuffisante par rapport à la pression des mauvaises herbes » souligne Philippe Viot.
Pour une efficacité optimale, Syngenta a testé une autre alternative de désherbage mixte avec une première intervention herbicide en prélevée sur le rang avec Camix à la dose de 2,5 l/ha suivie d’une deuxième application herbicide en plein en post-levée, au stade 3 feuilles, avec Elumis à 0,75 l/ha + Casper à 0,150 kg/ha et enfin un binage. « Cette stratégie plus contraignante est plus rassurante car elle garantit l’efficacité du désherbage, le binage permettant alors non seulement de gérer les mauvaises herbes mais également d’aérer le sol » souligne l’ingénieur.

 

 

Focus produits

Camix (400 g/l de S-métolachlore + 40 g/l de mésotrione + 20 g/l de bénoxacor) est un herbicide de pré ou post-levée précoce qui contrôle un grand nombre de dicotylédones et de graminées annuelles. Il est homologué à la dose de 3,75 l/ha et recommandé par Syngenta à la dose maximale de 2,5 l/ha.
Elumis (75 g/l de mésotrione + 30 g/l de nicosulfuron) est un herbicide de post-levée du maïs avec un large spectre sur graminées et dicotylédones.
Calaris (70 g/l mésotrione + 330 g/l terbuthylazine) est un herbicide qui se distingue par son haut niveau de performance sur dicots difficiles.
Casper (50 g/kg prosulfuron + 500 g/kg dicamba) est un herbicide de post-levée particulièrement intéressant pour lutter contre les dicotylédones vivaces et difficiles.

En savoir plus
Maîtriser les adventices en grandes cultures