Vous êtes ici

Share page with AddThis

Semis de pois de printemps

Protéagineux
21.03.2018
Semis de pois de printemps avec herse rotative (DR)

Pois de printemps : jusqu’à quand peut-on semer ?

21/03/2018
Les semis tardifs de pois de printemps, après le 31 mars, peuvent impacter négativement le rendement.
Les conditions climatiques compliquent les chantiers de semis des pois de printemps. Sols gorgés d’eau, pluies à répétition… difficile de trouver une fenêtre climatique optimale. La question de la date limite de semis se pose donc. Dans les Hauts-de-France, les implantations peuvent se faire jusqu’au 31 mars. Dans le Grand-Est et en Bourgogne-Franche-Comté, passé le 20 mars, la situation est nettement moins favorable. Le plus important est d’attendre un ressuyage maximum des sols, au risque de pénaliser le rendement. Pour cette culture, les conditions d’implantation sont déterminantes pour la mise en place et le bon développement de la culture. Contrairement aux céréales, en cas de semis tardif, inutile d’augmenter la densité de semis. Une surdensité pourrait même être préjudiciable aux cultures en favorisant le développement de maladies si l’humidité persistait.

Sur le papier, les semis de printemps peuvent débuter dès le 20 janvier dans l’Ouest. Mais mieux vaut attendre un ressuyage des sols.

16/01/2018
Le pois de printemps peut être cultivé dans toute la France : à chaque région sa date optimale de semis. Du 20 janvier au 1er mars dans les Pays de la Loire, du 5 février au 1er mars dans le Centre, du 10 décembre au 20 février dans le Sud-Ouest et à compter du 10 février au Nord de la Loire. Partout, l’implantation ne pourra se faire que si le sol est bien réchauffé et ressuyé. Ce qui est loin d’être le cas actuellement. Patience donc. En effet, sans un ressuyage complet, impossible d'obtenir un lit de semences poreux, favorable au développement des nodosités et à l’enracinement des plantes. La profondeur de semis conseillée est de 3 à 4 cm quel que soit le type de sol. Quant à la densité de semis, éviter de semer trop dense car une telle stratégie peut augmenter les risques de maladies aériennes et parfois de verse.