France

Vous êtes ici

Pommes de terre : gare aux doryphores

Pomme de terre
05.05.2020
Doryphore de la pomme de terre

Le taux de survie des doryphores après le dernier hiver peu froid atteindrait les 60 %. Le risque est maximal.

Les plantations de pommes de terre sont désormais terminées. Les repousses, sur les tas de déchets ou dans les parcelles voisines, constituent de très bons réservoirs pour héberger les bio-agresseurs, à commencer par les doryphores. Les premiers adultes et les premières pontes sont déjà observés sur les repousses. Les températures estivales de la fin avril ont permis une sortie précoce des adultes et avancé la date des accouplements. Le risque est donc important cette année d’autant que la campagne passée, la pression doryphore fut très intense et que l’hiver dernier a été quasiment absent. Le taux de survie de ces ravageurs est estimé à plus de 60 % ! Le potentiel de réservoir est donc très élevé pour cette nouvelle campagne, avec une pression encore plus précoce.

> Voir les solutions Syngenta