Vous êtes ici

Share page with AddThis

Mildiou pomme de terre

Pomme de terre
20.12.2017
Parcelle de pommes de terre atteinte de mildiou

La région des Hauts de France dresse un bilan de l’année 2017 en mildiou : « une pression faible mais explosive en fin de cycle ».

20/12/2017
D’avril à mi-août, la pression mildiou est restée globalement faible. Mais les conditions humides de la première décade d’août ont entrainé une augmentation de la pression, voire une explosion des symptômes en fin de cycle avec un risque de contamination des tubercules. Pour les pommes de terre touchées, le début de conservation a parfois été compliqué. Il fallait être en mesure de refroidir rapidement et d’isoler les lots les plus atteints. Quelques tas ont, semble-t-il, mal évolué du fait de la présence simultanée du mildiou sur tubercule et de pourritures bactériennes. Ces symptômes peuvent également être associés, dans certains cas, au développement de vitrosité sur les tubercules de première génération ayant repoussé, en restant souvent accolés à la génération suivante.

Les conditions météo maintiennent une pression forte du mildiou sur les parcelles de pomme de terre. La vigilance est maximale.

30/08/2017
Fin août, les orages, la forte humidité nocturne et les températures élevées profitent au développement du mildiou sur les bassins de production de la pomme de terre. En Champagne-Ardenne et en Picardie, l’ensemble des stations du réseau Arvalis – Institut du végétal mesurent au 22 août un très fort potentiel de sporulation. Toutes les variétés sont touchées, aussi bien sur les parcelles irriguées que non irriguées.

Faible pression mildiou sur pomme de terre pour le moment.

05/07/2017
Malgré les fortes pluies fin juin, le risque mildiou reste pour l’heure assez faible, les faibles températures ralentissant la reconstitution de la réserve de spores. Les fortes chaleurs de la mi-juin ont également réduit le potentiel de sporulation à zéro. Mais la remontée du thermomètre, annoncée dans les jours à venir, pourrait inverser la tendance d’autant plus si l’hygrométrie persiste. La vigilance doit se renforcer sur les variétés sensibles ainsi que dans les parcelles où des symptômes de mildiou ont déjà été observés sur feuilles ces dernières semaines.