Vous êtes ici

Share page with AddThis

Pomme de terre et mildiou, tous deux en croissance active

Pomme de terre
14.06.2016
Parcelle de pomme de terre saine

Face au mildiou, il faut évaluer la situation et adapter sa stratégie fongicide. Des solutions efficaces existent et ça marche !

 

Etat des lieux

Dans les principaux bassins de production français, la pression mildiou est bien là. Les fortes précipitations régulières et les températures douces de ces derniers jours ont fait émerger la maladie.
Ces conditions rendent la situation compliquée à différents niveaux. « Avec tous ces abats d’eau, intervenir dans la parcelle est parfois impossible comme dans le Nord et la Picardie. Ensuite, les produits de contact ont été lessivés. Résultat : la culture est restée sans protection depuis plusieurs jours alors que la maladie sévit. Enfin, l’humidité associée aux températures douces ont été favorables à la végétation. Les nouvelles feuilles, constituant des foyers potentiels à mildiou, ne sont pas protégées », témoigne François Sénéchal, expert technique national Syngenta.
Tous ces éléments concourent à dresser un tableau de forte pression mildiou touchant toutes les variétés de pomme de terre.
L’observation au champ reste toujours la priorité pour adapter son programme et ses produits.

L’humidité associée aux températures douces ont été favorables à la végétation. Les nouvelles feuilles, constituant des foyers potentiels à mildiou, ne sont pas protégées

 

A chaque situation, sa solution : 3 cas

1/ Le mildiou est déclaré : opter pour un programme à 3 traitements tous les 3 jours.

  • En T1 : un produit curatif associé à un produit anti-sporulant. 
  • En T2 : Rémiltine Flex ou Rêvus complété par un produit à base de cymoxanil sont conseillés. L’association des 2 matières actives de référence, le mandipropamid offrant une protection préventive et anti-sporulante robuste + le cymoxanil, la matière active de référence pour son effet rétroactif permettent de contenir la maladie. De plus, ces produits sont 100 % non lessivables dès 1 heure après traitement.
  • En T3 : un passage de Rémiltine Flex ou de Rêvus associé si la maladie persiste sinon retour à une solution anti-sporulante seule, type Rêvus.

 

 

2/ Le mildiou n’est pas encore déclaré mais l’intervention passée a été lessivée ou retardée à cause des conditions climatiques. La situation reste préoccupante. Il faut donc une solution à pouvoir rétroactif : un passage avec du Rémiltine Flex ou du Rêvus associé à une solution curative par exemple.

3/ Les parcelles sont saines sans situation de lessivage. On agit en préventif. Continuez votre programme avec des cadences d’intervention tous les 5 à 7 jours avec des produits diffusants, résistants au lessivage type Rêvus à la dose de 0,6 l/ha pendant la croissance active.