France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Fusarium du groupe discolor, rendement et qualité menacés

Maïs
11.10.2017
Symptômes de fusariose graminearum sur épi de maïs

Sur maïs, certaines fusarioses de l’épi et le symptôme de la tige creuse sont dus aux Fusarium du groupe « discolor ».

Les Fusarium du groupe discolor à l’origine de la fonte des semis

Qualifiés de « Gloutons », Fusarium graminearum ou Fusarium culmorum sont à l’origine de plusieurs maladies issues du sol et de la semence, dont la fusariose de l’épi et le symptôme de la tige creuse. Le froid et l’humidité au moment de la levée favorisent le développement de ces maladies. Pendant la germination, le mycélium s’active, ralentit voire empêche la germination des semences entraînant des manques à la levée et la fonte des semis.

Fusariose de l’épi, des pertes de rendement jusqu’à 10 q/ha

Les champignons peuvent infecter le grain ou bien se conserver à la surface du sol, sous forme de spores capables de se propager sur les débris végétaux pendant au moins deux ans. Latents jusqu’à la floraison, ils reprennent leur activité de fin août à mi-octobre, par le développement d’un mycélium plus ou moins rose, de l’extrémité vers la base de l’épi. Tous les grains d’une même couronne sont colonisés et la rafle est affectée.

Dans le cas de la fusariose de l’épi, le mycélium se développe aux dépens de l’amidon du grain. À la clé : une perte de rendement de 5 à 10 q/ha, au prorata du nombre de grains touchés, qui augmente avec la précocité des symptômes. Le second risque est la production de mycotoxines (DON et Zéaralénone) pouvant remettre en cause la valeur marchande de la production.

Symptôme de fusarium graminniearum sur rang de maïs

Symptôme de la « tige creuse » : un changement de couleurs typique

Le symptôme de la « tige creuse » est engendré par Fusarium graminearum. Le champignon fragilise les tiges pendant la phase de maturation du maïs. Les feuilles se dessèchent et changent de couleur, de vert-de-gris à rose. Les tiges jaunissent précocement, sont creuses et sensibles à l’écrasement entre le pouce et l’index, rendant les plantes très sensibles à la verse. Des symptômes à ne pas confondre avec ceux des nécroses racinaires : dans le cas de la maladie des tiges creuses, le système racinaire reste en bon état.

Moyens de lutte :
Le choix d’une variété peu sensible à Fusarium graminearum, l’enfouissement/broyage des résidus de la culture précédente ou encore le raisonnement de dates de semis et de récoltes optimales sont des moyens de limiter l’émergence de la maladie. En plus de ces leviers agronomiques, une protection de semences fongicide permettra de lutter efficacement contre ces champignons.