Vous êtes ici

Share page with AddThis

Lutter contre les maladies du sol et des semences dès le semis

Maïs
12.10.2017
Zoom sur une plantule de maïs au stade deux feuilles

En maïs, chaque pied semé compte. La protection de semences Influx Quattro préserve la plante contre les maladies.

Performant contre les maladies du sol et des semences

Influx Quattro marque le retour de l’innovation sur le marché des fongicides maïs, 17 ans après le dernier produit d’envergure lancé par Syngenta. Association inédite de quatre molécules complémentaires, cette protection de semences bénéficie d’une largeur spectre inégalée, couvrant l’ensemble des maladies du sol et des semences du maïs.

Efficace quelles que soient les conditions de semis

Influx Quattro garantit une protection maximisée, quelles que soient la date et les conditions de semis. Cette protection fongicide complète permet ainsi de maintenir le potentiel de rendement dès l’implantation du maïs, même en conditions de contamination. Contrairement à d’autres cultures comme le blé, le maïs ne peut pas compenser un faible nombre de plantes par davantage d’épis. En cas de problèmes à la levée, aucun rattrapage n’est possible... Chaque pied compte.

À ce titre, les essais menés par Syngenta, en micro-parcelles comme en conditions « agriculteur », montrent un écart de rendement favorable à Influx Quattro par rapport à la référence du marché. Enfin, sa sélectivité préserve la vigueur du maïs à la levée.

Fusarium graminearum

Symptômes de fusariose graminearum sur épi de maïs

  • Le champignon entraîne des manques à la levée : 30 plantes perdues sur 20 m linéaire de comptage, soit 19 000 plantes perdues à l’hectare.
  • Cette densité de peuplement moindre a des conséquences sur le rendement du témoin inoculé : 7 q/ha de perte.
  • La protection Influx Quattro permet un gain de peuplement sain de 33 000 plantes/ha, et 4 q/ha par rapport au témoin inoculé.

Source : Synthèse de 2 essais microparcelles (2013 et 2014) menés par Syngenta France avec une contamination artificielle du sol par Fusarium graminearum au moment du semis.

Fusarium moniliforme

  • Le champignon a engendré d’importants manques à la levée : 67 plantes perdues sur 20 m linéaire de comptage, soit 42 000 plantes perdues à l’hectare.
  • Cette densité de peuplement moindre génère 62 q/ha de pertes sur le rendement du témoin inoculé. 
  • La protection Influx Quattro a permis un gain de peuplement sain de 34 000 plantes/ha, soit 69 q/ha par rapport au témoin inoculé. 
  • Dans des conditions extrêmes d’inoculation artificielle en microparcelles, les gains de rendement sont conséquents. Ils restent significatifs et justifient la protection fongicide, même en conditions de semis normales.

 Source : Synthèse de 3 essais microparcelles (2013, 2014, 2015) menés par Syngenta France avec une contamination artificielle du sol par Fusarium moniliforme au moment du semis.

Rhizoctone

Rhizoctone du maïs - Rhizoctonia solani sur maïs

  • Le champignon a engendré des manques à la levée : 23 plantes perdues sur 20 m linéaire de comptage, soit 14 000 plantes perdues à l’hectare.
  • Une densité de peuplement moindre entraîne 2 q/ha de pertes en termes de rendement sur le témoin inoculé.
  • La protection Influx Quattro a permis un gain de peuplement sain de 18 000 plantes/ha, soit 14 q/ha par rapport au témoin inoculé.

Synthèse de 9 essais microparcelles (2013, 2014, 2015) menés par Syngenta France avec une contamination artificielle du sol par Rhizoctonia solani au moment du semis.

Pythium

Essais en pot de la protection de semences Influx Quattro sur maïsDes terrines ont été contaminées avec Pythium sylvaticum puis placées en enceintes climatiques jusqu’au stade 3 feuilles du maïs. On observe des manques à la levée importants dans le témoin inoculé, alors que les semences protégées avec Influx Quattro ont germé à 95 %.