Vous êtes ici

Share page with AddThis

Suivi des ravageurs du maïs

Maïs
20.07.2018
Pyrale du maïs ravageur maïs

Pyrale et sésamie du maïs : les captures s’intensifient

20/07/2018
Les captures de pyrales et de sésamies montrent qu’un pic de vol est proche.
Les réseaux d’observation signalent cette semaine un nombre croissant de pyrales et de sésamies capturées dans les pièges. Les vols s’intensifient : le pic semble proche. C’est le cas notamment dans les Pays-de-la-Loire. Les premières larves sont même observées en Vendée. Une présence repérée par différents symptômes sur les plantes : perforation des feuilles et trous dans la tige avec présence de sciure. Pour lutter efficacement contre la pyrale de façon prophylactique, il existe plusieurs solutions dont le broyage fin et l’enfouissement des cannes de maïs après récolte, et la dépose de trichogrammes, ces petits hyménoptères qui détruisent les populations de pyrale en pondant dans leurs œufs.

Pyrale du maïs : le vol se généralise

05/07/2018
Même si les vols de pyrales semblent se généraliser, le niveau de risque reste sous le seuil d’intervention.
Le vol des pyrales s’est généralisé cette semaine, notamment à l'est de la France dans le réseau d’épidémiosurveillance. Les niveaux de capture restent toutefois relativement faibles. Si les pontes se multiplient, le niveau de risque (10 % de plantes porteuses d’ooplaques) est rarement atteint. Les conditions chaudes et sèches limitent l’activité de vol et de pontes des ravageurs mais le retour de journées plus fraîches et plus humides pourrait redonner une dynamique au développement des populations. Dans certaines situations (maïs grain, précédent maïs grain, historique parcellaire avec dégâts de pyrale…), le risque est plus élevé. La surveillance du suivi du vol doit être renforcée dans les bordures proches des forêts, haies ou cours d’eau.

> Voir la solution Syngenta : Karaté Zéon

Brune ou commune : la cicadelle apprécie le maïs

26/06/2018
Les cicadelles commune et brune sont des prédatrices du maïs, avec des impacts différents.
Des dégâts de cicadelles sont observés dans quelques parcelles de maïs, le plus souvent sur les feuilles du bas de la plante. Les dégâts diffèrent selon l’espèce. La cicadelle commune attaque le maïs du stade 2-3 feuilles au stade remplissage des grains. Les adultes et les larves piquent les feuilles, en partant de la base de la plante, entraînant des ponctuations blanches puis leur dessèchement : la surface foliaire diminue alors. Les temps chauds et secs sont propices au développement de ce ravageur. Si les attaques atteignent les feuilles de l’épi, un traitement curatif, à base de pyréthrinoïdes reste efficace. La cicadelle brune, vectrice du virus du nanisme rugueux, sévit sur maïs des stades 2-3 feuilles au stade floraison. La présence du virus provoque le raccourcissement des entre-nœuds au-dessus de la piqûre et, en cas d’attaque précoce, peut limiter le nombre d’épis. Pour cette cicadelle, pas de lutte curative.

> Voir la solution Syngenta : Karaté Zéon

Pyrale du maïs : début de vol confirmé

13/06/2018
Si le niveau des vols reste encore hétérogène, la progression des pyrales se confirme.
Le début du vol de la pyrale est confirmé en région Aquitaine. Les premières pontes sont observées. Bien que les niveaux de captures soient encore très hétérogènes d’un site à l’autre, le réseau d’observation des Bulletins de Santé du Végétal (BSV) signale une progression des vols par rapport à la semaine passée. Pour estimer avec précision le risque sur une parcelle, il est important de connaître son historique et notamment la façon dont les résidus de la culture précédente ont été gérés. Le broyage permet de détruire les larves et l’enfouissement réduit les chances de survie de celles qui seraient encore présentes. En maïs grain, la présence de pyrales impacte la production tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif : en creusant des galeries dans les tiges, les larves de pyrales entraînent la casse des tiges et la verse, avec parfois des épis tombés au sol, causant des pertes directes.