Vous êtes ici

Share page with AddThis

Maïs, une céréale compétitive et durable

Maïs
28.11.2017
Champ de maïs du label Powergrain

Les semenciers souhaitent davantage communiquer sur les atouts des nouvelles génétiques de maïs.

À l’occasion du congrès du maïs qui s’est déroulé les 21 et 22 novembre à Toulouse, la section maïs de l’UFS (Union Française des Semenciers) que préside désormais Xavier Thévenot, de Syngenta, a expliqué souhaiter redorer l’image du maïs auprès des producteurs. Comment ? En faisant par exemple mieux connaître les atouts des nouvelles variétés. Depuis 2013, le taux d'utilisation des variétés de plus de 6 ans a augmenté (+ 9 %, à 39 % de part de marché) et celui des variétés de moins de 3 ans a baissé (- 5 %, à 22 % de part de marché). La profession n’arrive plus à valoriser les efforts de recherche. Pourtant, les nouvelles génétiques sont plus productives (103 q/ha de moyenne cette année) et moins gourmandes en intrants : le maïs affiche l’un des IFT les plus faibles de la rotation. Mais la pression sur certains facteurs de production, irrigation et traitements de semences en tête, risque de détourner certains agriculteurs de la culture du maïs. Au printemps 2018, les surfaces sont attendues de nouveau en recul, de 1 à 2 %. En cinq ans, la sole française de maïs a déjà reculé de 17 %.