France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Sur maïs, les pucerons sont là

Maïs
05.07.2017
Puceron ailé Rhopalosiphum padi

La présence de pucerons se confirme dans les parcelles de maïs, notamment en Midi-Pyrénées.

04/07/2017
La récolte des céréales qui a débuté, favorise le transfert du Sitobion avenae sur la culture du maïs. Les conditions climatiques sont favorables à leur prolifération. Le seuil de risque est fixé à 500 pucerons par plante, avec de nombreux ailés, sur des maïs n’ayant pas encore atteint le stade 10 feuilles. Quelques piqûres de feuilles « en trident », caractéristiques d’attaques de Metopolophium dirhodum, continuent d’être observées. Pour ce ravageur, le seuil est différent selon le stade du maïs : 5 pucerons par plante avant le stade 3 à 4 feuilles ; 10 pucerons par plante avant le stade 4 à 6 feuilles et 20 à 50 pucerons par plante entre les stades 6 et 8 feuilles. Bien sûr, avant toute intervention, vérifiez la présence d’éventuels auxiliaires.

Trois pucerons pour plusieurs cultures. Actuellement, ces ravageurs migrent vers les maïs.

13/06/2017
Rhopalosiphum padi, Sitobion avenae et Metopolophium dirhodum sont les trois principales espèces de pucerons que l’on retrouve sur maïs et sur céréales à paille. La migration s’effectue d’une culture à l’autre, selon les stades des cultures. Pour tous, la période de risque s’étend du stade 3 feuilles jusqu’au stade floraison. Le seuil de risque est lui, fonction de l’espèce en présence. Aujourd’hui, ce sont les Metopolophium qui, après s’être multipliés dans les céréales à paille, migrent vers les maïs. C’est l’espèce la plus fréquente et la plus nombreuse en début de culture du maïs. Les Rhopalosiphum padi effectuent un premier vol de l’hôte primaire vers les céréales à paille en mai-juin puis un second, en juin-juillet vers les maïs en pleine croissance.