France

Vous êtes ici

Désherbage du maïs, des stratégies sur-mesure pour s’adapter à la flore

Maïs
09.12.2021
Désherbage du maïs, des stratégies sur-mesure pour s’adapter à la flore

Nouvelles restrictions sur les herbicides, flore toujours plus complexe, les stratégies de désherbage du maïs évoluent.

Maîtriser la flore complexe des maïs avec les nouvelles donnes réglementaires

De plus en plus de parcelles de maïs doivent faire face à une flore à la fois plus variée et plus difficile à contrôler avec le développement de vivaces comme les liserons mais aussi d’adventices comme le datura, l’ambroisie et les renouées ou la propagation de graminées résistantes. La maîtrise de ces mauvaises herbes indésirables est d’autant plus importante qu’elles ont non seulement un effet concurrentiel sur la culture du maïs mais également un impact sanitaire majeur : le datura contient des alcaloïdes très toxiques pour l’homme et l’animal, l’ambroisie à feuilles d’armoise a un pouvoir allergène important. Parallèlement, les évolutions réglementaires sur les herbicides limitent l’utilisation de certaines solutions efficaces. « Le retrait de certaines matières actives herbicides et les évolutions réglementaires récentes qui touchent la mésotrione (herbicide le plus utilisé en maïs) et la limitation des doses de S-métolachlore (efficace contre les graminées y compris les résistantes en cultures de printemps) vont nécessiter plus que jamais une adaptation des stratégies de désherbage» observe Didier Bruxelle, marketing manager chez Syngenta. Les programmes en un seul passage, largement plébiscités par les maïsiculteurs, risquent de devenir insuffisants et doivent être repensés soit, dans le cadre de nouvelles associations, soit dans le cadre d’un programme à deux passages.


Les nouvelles restrictions réglementaires pour 2022

  • Interdiction d’utilisation d’herbicide à base de bromoxynil dont les homologations ont été retirées.
  • Les mélanges de 2 spécialités herbicides à base de mésotrione lors d’une application ne sont plus autorisés (classement double H).
  • Interdiction d’utilisation en fractionné pour certaines spécialités herbicides.
  • Pour protéger les eaux de surface, le S-métolachlore est désormais limité à 1 000 g/ha sur une même parcelle, assorti d’un respect d’une zone non traitée de 20 mètres par rapport aux points d’eau comportant un dispositif végétalisé permanent non traité d’une largeur de 5 mètres. Son utilisation est également interdite sur parcelle drainée en période d’écoulement des drains.

Adapter les stratégies de désherbage à la flore dominante

Les stratégies de désherbage n’ont pas toutes la même efficience. Pour que les solutions mises en œuvre soient performantes, il est important de prendre en compte le niveau d’infestation et de choisir son programme en fonction de la flore dominante de la parcelle.
Ainsi, pour une bonne efficacité sur vivaces, une stratégie en un seul passage s’avère souvent insuffisante pour contrôler ces adventices. De même, pour contrôler les flores variées et les relevées de dicotylédones difficiles ou de graminées, seules les stratégies en double passage, pré puis post ou double post sont à envisager. Enfin, les stratégies tout en un, en prélevée ou en post-précoce peuvent être mises en œuvre sur des parcelles avec de faibles infestations graminées sans dicotylédones difficiles ni vivaces et complétées par un passage mécanique en conditions séchantes.

E-Malherbo, un nouvel outil pour un désherbage efficient et sur mesure

Syngenta proposait déjà un outil de reconnaissance des mauvaises herbes, Agro-Visio Flore, avec plus de 285 adventices graminées, dicotylédones et vivaces répertoriées sur l’ensemble des cultures. Pour aller plus loin dans l’accompagnement des agriculteurs dans le désherbage des grandes cultures, Syngenta développe un nouvel outil en accès sur internet, E-Malherbo qui identifie sur céréales, colza et maïs les adventices les plus problématiques et les solutions les plus adaptées. « Sur maïs, ce sont ainsi 20 adventices qui sont étudiées et pour lesquelles des stratégies de désherbage sont proposées en exemple » remarque Didier Bruxelle. L’E-Malherbo s’inscrit dans la démarche Terre de Progrès et propose pour chaque adventice, des leviers agronomiques, des solutions mécaniques, des services adaptés,  et des programmes herbicides efficaces selon le niveau d’infestation.

Pour en savoir plus :
E-malherbo