France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Surveillance des ravageurs du colza

Colza
20.11.2018
Ravageur du colza, larve de mouche du chou

Forte présence de mouches du chou.

20/11/2018
Les attaques de larves de mouches du chou sont en augmentation cette année. Aucun traitement efficace n’existe actuellement.
Des colzas rouges ou violacés ? Des flétrissements ? Ces symptômes observés depuis quelques jours dans les parcelles peuvent être la cause de la présence de mouches du chou. Considérée comme un ravageur secondaire du colza, cette mouche est surtout redoutée pour ces larves, de petits asticots blanchâtres qui creusent des galeries au niveau du pivot. Selon la pression, celui-ci peut être plus ou moins rongé, voire sectionné. Le plus souvent, les galeries restent superficielles et le pivot cicatrise avant l’hiver. Une chance car il n’existe à ce jour aucun moyen de lutte efficace pour venir à bout de cet insecte. Le manque d’eau, la fragilité des systèmes racinaires ou la forte pression exercée par les pucerons cette année peuvent expliquer en partie la recrudescence de cette mouche.

La pression « pucerons cendrés » se renforce.

13/11/2018
La présence de pucerons cendrés dans les parcelles de colza doit renforcer la vigilance.
La région Auvergne-Rhône-Alpes, et dans une moindre mesure quelques zones du Sud-Ouest, montrent une recrudescence de la pression de pucerons cendrés dans les parcelles de colza. Les conditions climatiques douces sont propices au maintien et à l’installation des colonies. Un tour de plaine régulier permet de juger de l’importance de la pression et d’intervenir rapidement si besoin. La présence de ces ravageurs est souvent repérée par foyers, parfois cachés sous les feuilles. Il n’existe pas de seuil d’intervention pour le puceron cendré. Le traitement devient opportun si le potentiel de la culture est en danger : plusieurs foyers détectés, nombreuses plantes avec amas de pucerons au cœur de la plante, feuilles crispées, violacées, pouvant aller jusqu’à la destruction de la culture. Les solutions à base de pyréthrinoïdes et de pirimicarbe sont efficaces mais peuvent s’avérer limitées en cas de forte pression. Si les attaques sont concentrées dans un endroit bien précis de la parcelle, un traitement localisé peut s’avérer pertinent.

> Les solutions Syngenta : Karaté® K, Okapi® Liquide.

 

Charançon du bourgeon terminal sur colza : cibler les adultes pour limiter les pontes.

07/11/2018
La surveillance des parcelles de colza doit se poursuivre jusqu’à la reprise de végétation pour viser les charançons adultes.
Les vols de charançons du bourgeon terminal ont débuté dans les parcelles de colza depuis mi-octobre. La lutte contre ces ravageurs vise à cibler les adultes pour les détruire avant la ponte et empêcher l’émergence des larves. Les adultes pondent dans les pétioles à l’automne et les larves passent ensuite dans le cœur des plantes au stade rosette pour détruire le bourgeon terminal. Les dégâts ne sont généralement visibles qu’après la reprise de végétation, à un moment où il n’y a plus aucune possibilité de lutte. Au printemps, les plantes touchées présentent un aspect « buissonnant ». La protection passe donc, dès l’automne, par le contrôle des adultes. La surveillance s’effectue à l’aide de cuvette jaune, à mettre en place à hauteur de végétation. Le déclenchement d’une intervention a lieu 8-10 jours après les premières captures. La surveillance doit se poursuivre jusqu’à la reprise de végétation.

> Les solutions Syngenta : Karaté® Xflow, Karaté Zéon®.