France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Suivi des méligèthes sur colza

Colza
16.04.2019
Méligethe sur colza

Méligèthes sur colza : toujours là mais risque terminé

 

Le vol des méligèthes se poursuit mais les colzas ont dépassé le seuil critique.
La floraison des colzas est désormais généralisée à l’échelle nationale. La présence de méligèthes est très fréquente, de même que les vols. Mais la période de sensibilité est désormais dépassée. L’observation doit toutefois se maintenir dans les parcelles présentant un retard de végétation ou affichant des difficultés de développement (larves d’altises, gel...). La fraîcheur des températures matinales reste un facteur aggravant de la présence de ces insectes sur boutons floraux. À noter également la présence d’auxiliaires sur les parcelles, dont des parasitoïdes de larves de méligèthes.

Les méligèthes sont bien là

11/03/19
Une intervention contre les méligèthes n’est pas systématique. Elle dépend de la vigueur des colzas.
Les conditions climatiques quasi printanières du mois de février ont permis un réveil précoce des populations de méligèthes. Leur présence est déjà signalée comme importante dans certaines parcelles de l’Ouest du territoire. La surveillance des colzas débute au stade D1 (boutons accolés encore cachés) et se poursuit jusqu’au stade F1 (premières fleurs ouvertes). La gestion de ce ravageur ne vise pas une éradication totale mais une maîtrise du nombre d’individus à un niveau acceptable : l’équilibre étant à trouver en fonction de l’état général du colza.

Plus les colzas sont vigoureux et sains, mieux ils supporteront les attaques. L’observation doit donc inclure non seulement la recherche des ravageurs mais également l’état de la plante. Pour un colza vigoureux, une intervention ne se justifie que si le seuil de 6 à 9 méligèthes par plante est dépassé. Pour des petits colzas ou si le climat est défavorable à des compensations (températures fraîches, manque d’eau, autres dégâts parasitaires...), le seuil est considérablement réduit. Il est de 1 méligèthe par plante au stade D1 et de 2 à 3 pour le stade E (boutons séparés).