France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Suivi du retournement de colza

Colza
06.02.2019
Pousses protéagineux

Réaliser des comptages dans les parcelles hétérogènes

Un comptage des pieds levés permet d’identifier les quelques situations où un retournement de la parcelle doit être envisagé.
Un comptage du nombre de pieds de colzas levés s’impose dans les parcelles hétérogènes. Pour cela, il existe une technique simple. Équipez-vous d’un cerceau de 0,25 m2. Jetez-le à quatre reprises, au hasard, dans la parcelle. À chaque fois, comptez le nombre de pieds levés dans le cerceau... cela donne une densité pour un mètre carré. Dans les sols superficiels peu favorables à la compensation, un retournement peut s’envisager si le nombre de pieds est inférieur à 5/m2 bien répartis, sauf si la biomasse de la végétation à la sortie de l’hiver dépasse les 500 g/m2. En sols profonds, ce chiffre passe à 30 à 100 g/m2 pour la biomasse. 

Ne pas prendre de décision hâtive

15/01/19
Certains colzas présentent une faible biomasse. Mais l’hiver n’est pas fini.
Les semis de colza ont été compliqués à l’automne dernier. Certaines parcelles ont rattrapé leur retard. Mais pour d’autres, les peuplements sont irréguliers. La tentation peut être vive de retourner sa parcelle et implanter une autre culture. Il est encore trop tôt, l’hiver n’est pas fini et la situation peut encore évoluer. Évaluer le potentiel en place consiste à tenir compte de la biomasse mais aussi du peuplement, en comptant le nombre de pieds au mètre carré. Le contexte de la parcelle, hydromorphie, enherbement, défaut d’enracinement, dégâts de ravageurs d’automne... doit également être pris en compte. En moyenne, c’est à partir d’une densité de 10 à 15 pieds par m2 que le colza peut être conservé. Mais là encore, une observation précise de la parcelle permettra d’affiner le diagnostic.

Quelles cultures implanter au printemps ?

08/01/19
Terres Inovia publie les atouts des oléo-protéagineux de printemps pour aider au choix pour les prochains semis.
Les difficultés d’implantation des cultures d’hiver, en particulier les colzas, ont laissé d’importantes surfaces libres pour les semis de printemps. Aussi, certains agriculteurs devront opter pour des cultures qu’ils n’ont pas toujours l’habitude de semer. Tournesol, soja, pois de printemps, pois chiche, lentille, féverole, lupin, lin... Les cultures d’oléo-protéagineux de printemps sont multiples et le choix s’avère parfois difficile.

L’institut technique Terres Inovia a créé un tableau rassemblant les atouts et les points de vigilance pour chaque espèce. Ce document liste différents aspects techniques comme l’impact sur les adventices, les rendements indicatifs ou les charges opérationnelles. 

>> Voir le tableau