Vous êtes ici

Share page with AddThis

Surveillance des ravageurs du colza

Colza
05.09.2017
Morsure d'altise sur cotylédon de colza

Levées précoces, surveiller les ravageurs.

Les colzas sont sensibles aux attaques des altises, surtout dans les stades jeunes. L’observation est de mise.

05/09/2017
Les semis 2017 de colza sont désormais bien avancés. Certaines parcelles approchent même déjà le stade 3 feuilles. Entre le stade cotylédons et le stade 3 feuilles inclus, le plus important c'est d'observer régulièrement les morsures sur les jeunes plantes, notamment des petites et grosses altises. Si les morsures représentent moins d'un quart de la surface foliaire, la culture n'est pas en danger. Dans ce cas, il est conseillé de poursuivre quand même la surveillance jusqu'au stade 4 feuilles en étant attentif au dynamisme de la culture. L’intervention avec un insecticide se justifie si plus de 80 % des plantes sont touchées par des morsures sur plus de 25 % de leur surface. En complément de ces observations, la mise en place dès le semis d'une cuvette enterrée permet de repérer la présence et l'activité des grosses altises adultes. Ces dernières ont une activité nocturne soutenue. Elles peuvent alors tomber dans le piège au hasard de leur déplacement.

Bonne avancée des semis mais attention aux altises.

Les conditions climatiques ont favorisé le début des semis de colza et avec lui, l’arrivée des premiers ravageurs.

30/08/2017
Les premiers semis de colza ont débuté autour du 10 août. Ils sont en cours de levée, voire au stade 2-3 feuilles pour les semis les plus précoces. Peu de limaces ont été piégées mais la météo reste favorable à leur développement. Le risque d’attaques de petites altises augmente progressivement. En Champagne-Ardenne, au 24 août, deux parcelles sur les trois observées par le réseau Arvalis faisaient état de dégâts foliaires dus aux altises. Les morsures de ces insectes ont été relevées sur 3,5 % de plantes en moyenne. L’installation sur les parcelles de cuvettes d’eau enterrées ainsi que sur végétation est préconisée par les conseillers techniques. Relevées au moins toutes les semaines, elles permettent de suivre le développement du ravageur et d’intervenir si les seuils sont dépassés.