France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Surveillance des ravageurs du colza

Colza
02.03.2017
Ravageur colza charançon de la tige du colza stade larve

Suivez l'évolution des populations de ravageurs sur colza.

Charançon de la tige du colza : pic de vol généralisé dans le sud

02/03/2017
Le réchauffement des températures a profité aux colzas mais également aux populations de charançons de la tige. Les plantes ont atteint le stade C2 (entre-nœuds visibles) : le stade sensible aux piqûres de ces ravageurs. Le risque s’étend jusqu’au stade E (boutons séparés). Les femelles sont prêtes à pondre. Les femelles sont rarement aptes à pondre dès leur arrivée sur les parcelles et la durée de maturation est variable. On retient souvent un délai de 8 à 10 jours après les premières captures significatives. L’intervention, si elle est nécessaire, devra donc être positionnée après ce délai pour être optimale. Rappelons que la nuisibilité du charançon de la tige du colza est due au dépôt des œufs dans les tiges en croissance provoquant leur déformation voire même leur éclatement sur toute la longueur.

Surveillez les cuvettes jaunes

21/02/2017
Dans les parcelles de colza, les cuvettes jaunes sont en place. Leur présence est utile pour surveiller la présence d’éventuels ravageurs. La remontée des températures de ces derniers jours a permis une reprise de la végétation. Les premières captures de charançons de la tige ont eu lieu. En effet à cette période, 3 jours consécutifs avec des températures supérieures à 9°C et l’absence de pluviométrie sont des conditions propices pour que se généralise le vol de ces ravageurs. Le délai d’intervention est de 8 à 10 jours après les premières captures significatives. 

Attention aux insectes sur colza dans le sud

08/02/2017
Les ravageurs profitent du redoux pour reprendre leur activité. Les colzas les plus jeunes sont les plus sensibles.
Le redoux de la semaine passée a été propice à la reprise d’activité de nombreux ravageurs, notamment dans les parcelles de colza. Le charançon de la tige doit être surveillé en priorité car ses attaques peuvent être nuisibles dès l’apparition des premiers entre-noeuds de la plante (stade C2). Attention à ne pas confondre le charançon de la tige du colza, qui a le bout des pattes noir, avec le charançon de la tige du chou qui lui, possède le bout des pattes roux. Ce dernier est considéré comme peu, voire pas du tout, nuisible pour le colza. Les larves de grosses altises peuvent également, localement, être présentes. La surveillance doit être renforcée jusqu’à la reprise réelle de la végétation.

Grosse altise dans les colzas : faire ses propres comptages

14/12/2016
Les larves de grosses altises ont parfois déjà été repérées dans les parcelles de colza. Il est important de réaliser ses propres comptages et non pas de se fier uniquement aux données locales même si celles-ci restent un bon indicateur. Les comptages larvaires doivent être réalisés avant toute décision d’intervention. Les larves mesurent entre 1,5 et 8 mm, selon leur stade de développement. Elles sont de couleur translucide à blanchâtre et sont identifiables par : trois paires de pattes thoraciques, une tête brun foncé bien développée et une plaque pigmentée brun foncé à l’extrémité postérieure. La période de risque s’étend du stade 5-6 feuilles jusqu’à la sortie de l’hiver.

Colzas peu vigoureux : attention aux charançons

15/11/2016
Les larves du charançon du bourgeon terminal peuvent entraîner d’importants dégâts dans les parcelles de colza. La période de risque s’étend de la levée jusqu’à la fin du mois de novembre. Il n’existe pas véritablement de seuil de risque. Un contrôle des adultes, 8 à 10 jours après les premières captures, permet de limiter les dégâts de larves. Les petits colzas ou les parcelles les moins vigoureuses sont les plus sensibles à ce ravageur.

Comment reconnaître le charançon du bourgeon terminal ?

Il mesure de 2,5 à 3,7 mm, possède un corps noir et brillant avec une pilosité courte et clairsemée. L’extrémité de ses pattes est rousse et la présence de tâches roussâtres ou jaunâtres entre le thorax et l’abdomen le rend également facilement reconnaissable.

 

Des attaques de ravageurs (altises) au moment de la levée peuvent être préjudiciables pour la culture.

28/09/2016
La pluie favorise la levée mais aussi les altises d'hiver
L’arrivée de quelques pluies devrait permettre aux colzas de lever… et aux agriculteurs de réaliser les derniers semis. Tant que le stade 3 feuilles des plantes n’est pas atteint, la surveillance doit rester maximale vis-à-vis des ravageurs, notamment pour les grosses altises (altises d’hiver). En cas d’arrivée des insectes, Terres Inovia rappelle que, contexte résistance oblige, du stade cotylédons jusqu’à 3 feuilles étalées du colza, la lutte insecticide ne doit s’envisager que : 

  • si la culture pousse moins vite qu’elle n’est dévorée,
  • si la survie de la culture est incontestablement menacée,
  • si les insectes sont suffisamment actifs et nombreux,
  • de préférence à l’approche de la tombée de la nuit.

 

 

Installer les cuvettes jaunes, dès la levée

14/09/2016
La pose de cuvettes jaunes peut vous aider dans la surveillance de l'évolution des populations de ravageurs dans vos parcelles.
Certaines parcelles de colza, semées fin août, sont déjà levées. Il est temps d’installer les cuvettes jaunes dans les parcelles pour surveiller l’arrivée des ravageurs. Elles doivent être placées à au moins 10 mètres de la bordure et sous vent dominant. Remplissez-les ensuite d’eau, additionnée de quelques gouttes de produit vaisselle. En début de campagne, les cuvettes doivent être enterrées pour piéger les altises puis remontées pour toujours être à la hauteur de la végétation.

> Pour la surveillance des ravageurs, utilisez aussi notre outil collaboratif de veille parasitaire sur colza : VigieInsectes