Vous êtes ici

Share page with AddThis

Colza : suivi des altises

Colza
17.01.2017
Morsure d'altise sur colza au stade cotylédon

Suivez l'évolution des populations d'altises sur colza.

Des stades larvaires moins avancés qu’en 2016

17/01/2017
L’institut technique Terres Inovia a fait le point sur les populations de larves d’altises sur colza. Les stades larvaires – L1, L2 et L3 – qui sont des indicateurs de la nuisibilité potentielle des larves, sont nettement moins avancés qu’en janvier 2016 du fait des faibles cumuls de températures enregistrés depuis l’éclosion des œufs. La majorité des larves recensées lors de différents tests et observations terrain sont aux stades L1 et L2. Les larves les plus matures (L3), celles potentiellement les plus dommageables, atteignent rarement plus de 5 à 10 % des larves extraites des pieds de colzas sondés. La vitesse et la qualité de redémarrage des colzas seront des éléments importants dans la capacité du colza à s’inscrire dans une dynamique de pousse suffisante pour échapper à la pression des larves de grosses altises.

Larves d’altise : ne vous laissez pas surprendre

22/11/2016
Le temps froid de ce début d’automne a pu, dans certaines régions, ralentir le développement des larves de grosses altises. Mais une absence de larves aujourd’hui ne veut pas dire que le risque est écarté. La vigilance doit rester de mise. Il sera nécessaire, d’ici trois à quatre semaines, de vérifier la présence éventuelle de ces ravageurs. Pour rappel, une intervention ne se justifie que si trois conditions sont réunies : le seuil de 70 % de plantes porteuses est atteint, les larves doivent être mobiles et les conditions climatiques sont favorables aux traitements insecticides.

 

En début d’infestation, les larves creusent dans les pétioles des galeries difficiles à observer à l’œil nu. Comment les repérer ?

Prélever et observer

08/11/2016
Le stade de sensibilité des plantes s’étend du stade 5-6 feuilles au stade « reprise de végétation ». Prélever une vingtaine de plantes à différents endroits de la parcelle puis observer les pétioles en coupant longitudinalement le cœur des plantes. Il est préférable d’attendre la mi-novembre pour réaliser une évaluation précise.

En cas de doute, utiliser la méthode Berlèse. Celle-ci consiste à déposer les plantes coupées au niveau du collet sur un grillage au-dessus d’un récipient contenant un mélange d’eau et d’alcool. Les plantes dessécheront progressivement et les larves éventuellement présentes se retrouveront dans la solution dans un délai maximum d’une semaine. Cette méthode donne une évaluation rapide du nombre de larves de grosses altises présentes dans la parcelle.