France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Affiner sa stratégie insecticide contre les larves d’altises

Colza
04.12.2018
Morsure d'altise sur colza au stade cotylédon

La lutte contre les larves de grosses altises est encore d’actualité sur les colzas... en respectant quelques principes de base.

04/12/2018
Les conditions climatiques actuelles perturbent les interventions insecticides, notamment celles destinées à contrôler les larves de grosses altises. Pour ne pas se laisser dépasser, quelques informations de base sont indispensables, à commencer par le niveau réel d’attaque. Si le nombre de ravageurs observés ne dépasse pas plus de 2 à 3 larves par plante, l’intervention n’est pas utile. Le suivi de l’évolution des éclosions se poursuit, jusque mi-décembre. Le nombre d’insectes est à mettre en parallèle avec la biomasse et la vigueur du colza. Une plante plus dense (densité supérieure à 1,5 kg/m²) et vigoureuse supportera mieux la présence de quelques ravageurs. Dernier critère à prendre en compte : le climat. Pour intervenir, préférer un redoux pour viser les insectes, plus mobiles par des températures clémentes.

> Voir les solutions produits Syngenta : Karaté ZéonKaraté Xflow.

Les larves d’altises arrivent sur colza. L’observation est nécessaire avant tout traitement.

30/10/2018
Les premières larves d’altises sur colza ont été signalées dans les réseaux d’observation. La période de surveillance s’étale du stade 6 feuilles (B6) jusqu’au décollement de la tige (C2). Pour déterminer la pression des larves, la méthode Berlèse peut être utilisée. L’intervention peut avoir lieu à partir de deux ou trois larves par pieds, ou 70 % de plantes porteuses. L’efficacité du traitement chimique repose sur son positionnement, à l'automne, sur les stades larvaires sensibles L1 et L2, lorsque les larves sont encore mobiles. L’observation des larves doit être renouvelée durant l’hiver, pour s’assurer de l’absence des ravageurs ou vérifier l’efficacité du traitement chimique.

Altise sur colza : un insecte, deux ravageurs

09/10/2018
Sur colza, la grosse altise présente une double menace : sous forme adulte à l’automne et à l’état larvaire en hiver.
Les vols d’altises ont été repérés dans la plupart des parcelles de colza. La douceur de la fin du mois de septembre explique cette présence, localement très importante. Le raisonnement de la lutte contre ce ravageur tient compte de deux stades : la forme adulte à l’automne et la forme larvaire en hiver. Une intervention contre les adultes est envisagée uniquement si la survie de la culture est en jeu : le seuil de traitement est de 8 pieds sur 10 présentant des morsures si le stade 4 feuilles n’est pas atteint. En cas de levée tardive, après le 1er octobre, ce seuil est abaissé à 3 pieds sur 10. Le déclenchement du traitement doit également tenir compte de l’état général des plantes. En hiver, les larves peuvent attaquer les pétioles et entraîner la destruction du bourgeon terminal. La mise en place de suivis larvaires permet de positionner, si besoin, le traitement insecticide.

Ne négligez pas le risque altise

18/09/2018
De la levée jusqu’au stade trois feuilles, les colzas sont sensibles aux attaques des petites altises.
Les colzas ne sont pas encore tous levés. Mais pour ceux qui le sont, gare aux morsures des petites altises. Les encoches, repérées sur les feuilles, semblent en augmentation ces derniers jours. Les pourcentages de surface foliaire détruite varient de 1 à 20 %, avec dans les Hauts-de-France par exemple, une moyenne de 6 %. Le seuil d’intervention de « 25 % de surface foliaire détruite » n’est donc pas dépassé. La vigilance reste de mise car les températures élevées sont favorables au vol de ces ravageurs. La surveillance, via la mise en place de cuvettes jaunes dans la parcelle, doit se poursuivre jusqu’au stade trois feuilles.