France

Vous êtes ici

La prélevée, base pour désherber les colzas du Centre à l’Est

Colza
11.06.2020
Désherbage du colza

Pour gérer une flore graminées et dicotylédones complexe, la prélevée apparaît comme une base indispensable.

Des zones de production avec une forte pression graminées et dicotylédones 

Dans ces régions de production « historiques » du colza, les producteurs sont confrontés à la fois à une forte présence de graminées (vulpins et ray-grass) mais également à de nombreuses dicotylédones comme les géraniums, gaillets, crucifères ou encore matricaires et coquelicots.
Par ailleurs, souligne Fabien Massot, expert technique national herbicides chez Syngenta, « dans la mesure où les semis de colza sont de plus en plus précoces afin de maîtriser les problèmes de grosse altise, on observe de nombreuses repousses de céréales qui nécessiteront une application spécifique d’un antigraminées foliaire pour limiter leur concurrence vis à vis du colza en particulier pour l’absorption de l’azote ». Un programme de désherbage complet avec une base prélevée s’avère incontournable pour maîtriser une flore complexe et difficile.

Deux interventions herbicides pour maîtriser vulpins et ray-grass

Compte tenu du développement des résistances aux antigraminées foliaires du groupe A (FOP et DIM), il serait dangereux de compter sur ces herbicides pour gérer l’importante flore graminées présente dans ces régions. « Pour maîtriser les graminées avec efficacité et sérénité, il est fortement recommandé de s’appuyer sur une stratégie combinant une solution herbicide de prélevée avec un produit de la famille des chloroacétamides (Colzor®Trio, Axter®, Terox®) et une application en fin d’automne avec une solution herbicide contentant de la propyzamide qui présente une très bonne efficacité sur les graminées » explique Fabien Massot. En effet, en situation de forte pression, « l’action de la propyzamide seule ne suffit pas à contrôler 100 % des graminées » ajoute-t-il. A noter que la propyzamide étant une substance active à action foliaire avec une absorption racinaire, il est recommandé de l’appliquer sur des adventices jeunes. Et, dans la mesure où elle est sensible à la chaleur, les applications doivent être réalisées au cours de la première quinzaine de novembre.

Gérer tout ou partie de la flore dicotylédones au semis

Pour faire face à la flore dicotylédones dans les parcelles de colza, les agriculteurs de ces régions peuvent s’orienter vers deux stratégies : soit une solution herbicide de prélevée très complète pour maîtriser graminées et dicotylédones dès le semis (type Colzor Trio), soit une solution herbicide antigraminées avec un spectre dicotylédones ou graminées plus restreint (type Terox ou Axter) complétée d’un rattrapage avec un herbicide foliaire par la suite sur dicotylédones. « Avec une stratégie de prélevée très complète qui permet de contrôler les graminées et la plupart des dicotylédones comme Colzor Trio, l’investissement est certes un peu plus élevé, mais cela évite un passage supplémentaire en post-levée » souligne Fabien Massot. Un choix, qui permet également de gagner en sérénité.

 


Focus produits 

  • Colzor® Trio (187,5 g/l dimétachlore + 187,5 g/l napropamide + 30 g/l clomazone) est un herbicide complet qui offre un haut niveau d’efficacité sur graminées mais aussi sur dicotylédones, notamment gaillet, matricaire, séneçon, véroniques et crucifères.
  • Terox® (500 g/l dimétachlore) se présente comme une base « économique » de prélevée avec un bon niveau d’efficacité sur ray-grass, véroniques, matricaires et séneçon à compléter avec des solutions de post-levée.
  • Axter® (500 g/l dimétachlore + 50 g/l clomazone) est un herbicide avec une action graminée et un large spectre dicotylédones, notamment gaillet, géraniums, véroniques, crucifères, matricaires, séneçon.

 

 

Le binage en complément des applications herbicides

« Le binage, lorsqu’il est possible, peut avantageusement compléter une stratégie herbicide basée sur la prélevée afin d’assurer une meilleure maîtrise des dicotylédones » souligne Fabien Massot. « Il peut également se substituer à une application herbicide pour maîtriser les repousses de céréales » ajoute-t-il. Il faut rappeler que le binage est une opération réalisable à partir du stade 3 feuilles du colza sous réserve d’avoir un écartement d’au moins 40 cm (semis de précision nécessaire). Le sol doit être ressuyé et le temps sec les jours suivant le binage afin que les adventices sèchent rapidement sans risque de repiquage.

Adapter les doses des herbicides en situation de plantes compagnes 

Dans ces zones de production traditionnelles du colza, l’implantation de plantes compagnes dans la culture du colza est une pratique qui se développe avec plus de 15 % des surfaces concernées. « Cette approche qui facilite la lutte contre les grosses altises, nécessite une adaptation des préconisations et un ajustement des doses des herbicides appliqués afin d’assurer à la fois une bonne efficacité sur les adventices tout en étant sélectif des plantes compagnes » observe Fabien Massot. En pratique, dans ces situations, la spécialité Colzor Trio est recommandée à la dose de 2,5 l/ha, Axter à la dose de 1 l/ha et Terox à 1,5 l/ha.
A noter qu’en situation de plantes compagnes, l’application des anti dicotylédones de post-levée doit être décalée car ces herbicides ne sont pas sélectifs des plantes compagnes.

 

 


Expérimentation 
Bon comportement de Colzor Trio en conditions sèches
Sur la base de dizaines d’essais réalisés dans les différentes régions de production du colza, Syngenta a montré qu’il n’y avait pas de baisse d’efficacité si cet herbicide était appliqué en conditions sèches. « Le produit n’est pas photosensible » explique Fabien Massot, « et les matières actives se réactivent dès les premières pluies ».