Vous êtes ici

Share page with AddThis

Comment pérenniser l’efficacité des fongicides céréales ?

Céréales
12.03.2018

Syngenta propose une démarche en 5 points pour préserver l’efficacité des fongicides et le rendement des céréales.

La Protection Fongicide Responsable pour faire face aux résistances

La productivité des céréales est confrontée au développement des résistances des fongicides sur blé (septorioses) et sur orges (helminthosporiose). Pour pérenniser l’efficacité des fongicides et préserver productivité et rentabilité des céréales, Syngenta propose depuis plusieurs années aux agriculteurs la démarche Protection Fongicide Responsable (PFR) qui repose sur l’association et l’alternance des familles chimiques mais aussi des molécules au sein d’une même famille. « Cette démarche, rappelée dans nos fiches techniques et identifiée par un logo, repose sur 5 piliers » explique Audrey Tardieu, chef marché fongicides céréales chez Syngenta.

  1. Utiliser du chlorothalonil sur blé
    Sur blé, compte tenu des problèmes de résistance de la septoriose aux triazoles, aux strobilurines et aux SDHI, la PFR recommande d’utiliser 500 g minimum de chlorothalonil par hectare et par an. Le chlorothalonil est en effet une matière active multisite, efficace sur toutes les souches de septoriose. Utilisé en association, il protège l’efficacité de son fongicide partenaire. Pour une gestion optimale des résistances, il est recommandé de l’utiliser en un seul passage et en positionnement précoce lors du T1.
     
  2. Sur orges, du cyprodinil positionné au T1
    Sur orges, pour faire face aux résistances de l’helminthosporiose aux triazoles, aux strobilurines et aux SDHI, la démarche PFR conseille une application le plus tôt possible, lors du 1er traitement, d’une spécialité contenant du cyprodinil. Cette matière active permet d’intégrer un mode d’action unique dans les programmes.
     
  3. Alterner les triazoles dans le programme
    Avec de nombreuses spécialités, les triazoles restent incontournables dans la protection fongicide des céréales notamment contre la septoriose avec des atouts reconnus sur le plan de l’efficacité, du spectre, de la souplesse d’emploi mais aussi d’un bon rapport qualité/prix. Pour pérenniser leur utilisation et préserver leur efficacité, il est conseillé de les alterner et de les associer.
     
  4. Intégrer l’innovation avec un SDHI par an
    Les SDHI offrent un haut niveau de performance sur les maladies foliaires des céréales dont la septoriose. Afin d’éviter de mettre une trop grosse pression sur cette famille vis-à-vis de laquelle on a commencé à voir apparaître des résistances sur septoriose et sur helminthosporiose, la PFR recommande d’associer systématiquement les SDHI avec des fongicides appartenant à d’autres familles, et de les utiliser à des doses efficaces et une seule fois par hectare et par an dans le programme fongicide.
     
  5. Positionner tôt les fongicides dans le cycle des maladies
    Pour une efficacité optimale des spécialités et afin d’éviter un risque accru de sélection de souches résistantes avec un positionnement curatif, la PFR conseille de positionner tôt les spécialités fongicides dans le cycle de développement des maladies.

 

« Ces piliers de la Protection Fongicide Responsable sont d’autant plus importants que la palette des spécialités fongicides sera plus restreinte » souligne Fabrice Blanc, Expert Technique National fongicides céréales chez Syngenta « ce qui limitera considérablement les possibilités d’associations et d’alternance ».