France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Hauts-de-France et Normandie : préparez-vous à protéger vos céréales

Céréales
11.05.2017
Septoriose tritici sur feuilles de blé

Septoriose et rouilles sur blé, helminthosporiose et rhynchosporiose sur orges : surveillez vos céréales pour être prêt à intervenir.

Des céréales vulnérables suite aux stress hydriques 

Les conditions particulièrement sèches du début de printemps ont provoqué l’apparition d’un stress hydrique pendant la montaison avec pour conséquence la perte de surfaces foliaires. « L’expansion des feuilles dépend en effet de l’alimentation en eau et les F1 et F2 définitives vont présenter des talles réduites » explique Bertrand Moncomble, responsable technique terrain Nord-Ouest chez Syngenta, ce qui pourrait selon Arvalis « rendre les céréales plus vulnérables aux maladies ».

Menace septoriose et rouilles sur les blés 

« La majeure partie des parcelles se situe entre le stade 3 nœuds et le stade dernière feuille pointante (DFP) et dans la plupart des situations, une première intervention fongicide a été réalisée » remarque Bertrand Moncomble. « Avec le retour des pluies depuis fin avril, il faut être très vigilant car on observe une présence significative de septoriose sur les feuilles inférieures, mais aussi de la rouille jaune (maladie explosive) sur les variétés sensibles qui représentent plus de la moitié des surfaces en Normandie. On signale également quelques symptômes de rouille brune dans la Somme. Et le risque est d’autant plus important sur les semis précoces » ajoute-t-il. 

Dans l’attente du T2, qui doit être positionné au stade dernière feuille étalée (DFE) et dans un délai de 3 semaines maximum après le T1, il peut être envisagé un traitement intermédiaire dit « T1 Bis » à base d’une spécialité associant une triazole et une strobilurine (type Priori Xtra). « L’objectif est à la fois de respecter le délai de 3 semaines entre les deux interventions fongicides et d’intervenir avec notre nouvelle solution SDHI à base de Solatenol™, Elatus Plus, tôt dans le développement du cycle de la rouille jaune » explique Bertrand Moncomble.
Pour une bonne utilisation d’Elatus Plus associé à son partenaire au stade DFE, reportez-vous à la grille de préconisations ci-après qui prend en compte les dates de semis et la sensibilité variétale pour ajuster les doses de cette nouvelle solution SDHI.

Doses d'Elatus Plus préconisées en association avec son partenaire selon le risque septoriose

Urgence de protection sur les orges

« Plus de 70 % des parcelles de la région sont touchées par l’helminthosporiose en Normandie et plus de 82 % dans les Hauts de France. On observe également une pression rhynchosporiose élevée dans les 2 régions ainsi que la présence de rouille naine sur les variétés sensibles » observe Bertrand Moncomble. 
En conséquence, dans la mesure où un grand nombre de parcelles se situe ente le stade gonflement et sortie des barbes, Syngenta recommande d’intervenir avec la nouvelle solution SDHI à base de Solatenol, Elatus Plus associée à une triazole et au chlorothalonil en ajustant les doses en fonction de la sensibilité des variétés aux deux maladies selon les préconisations ci-après.

Doses d'Elatus Plus préconisées en assocation avec son partenaire selon le risque maladie

*Solatenol™ est le nom de marque de la matière active contenue dans Elatus Plus.