Vous êtes ici

Share page with AddThis

Blés les pieds dans l’eau : rien n’est joué !

Céréales
01.02.2018
Parcelle de blés innondée en janvier 2018

La phase de tallage des blés est, heureusement, l’une des plus résistantes aux excès d’eau.

Au nord de la Loire, bon nombre de parcelles de blé ont les pieds dans l’eau, voire plus. Des blés qui atteignent pour la plupart la phase de tallage, l’un des stades les plus robustes. Si la croissance des plantes peut être pénalisée, voire arrêtée, en situation d’excès d’eau, seule l’immersion totale et durable entraine une disparition des plantes. Pour les spécialistes de l’institut technique d’Arvalis, la situation actuelle n’a donc pas encore de conséquence irréversible. Tout dépendra du temps que mettra l’eau à quitter les champs. Car l’enjeu est désormais d’assainir rapidement les sols pour que les racines redeviennent fonctionnelles et se remettent à absorber l’azote, indispensable pour accompagner la croissance des feuilles. Après un automne doux, ayant favorisé la minéralisation, et un hiver pluvieux, la mesure des reliquats azotés sera plus que jamais utile en sortie d’hiver pour estimer avec précision les besoins réelles de la plante.