France

Vous êtes ici

Sur blé, surveiller la progression de la septoriose

Céréales
11.05.2021
Septoriose sur feuille de blé

Avec le retour de journées plus arrosées, le risque septoriose devrait progresser dans les parcelles de blé.

Les observations des parcelles de blé révèlent que pour l’heure, la septoriose se cantonne aux feuilles du bas des plantes. Mais le retour des pluies pourrait faire progresser la maladie sur le haut de la végétation, en favorisant la dissémination des spores. Le seuil de risque dépend du stade physiologique de la plante. Ainsi, au stade 2 nœuds, le risque est considéré comme réel si, sur variétés sensibles (celles qui ont une note inférieure ou égale à 6), plus de 20 % des F2 actuelles présentent des symptômes. Ce chiffre passe à 50 % sur les variétés résistantes (présentant une note de 6,5 à 7,5). Pour les parcelles ayant atteint le stade dernière feuille pointante, le même seuil doit être appliqué mais cette fois-ci sur les F3 du moment. Attention à bien différencier la présence de septoriose de taches physiologiques. Ces dernières apparaissent en général sur les feuilles du bas, n’évoluent pas dans le temps et ne présentent pas de champignons.

Voir les solutions Syngenta :
Elatus Plus
Elatus Era

27/04/2021
Septoriose sur blé, la période de risque est atteinte
Si le stade de sensibilité du blé à la septoriose est atteint, le climat actuel limite le risque.
Sur blé, la période de risque vis-à-vis de la septoriose débute au stade 2 nœuds. Pour les variétés sensibles, le seuil indicatif est fixé à 20 % des F2 présentant des symptômes. Pour les variétés peu sensibles, ce seuil passe à 50 % des F2. La progression de la maladie se fait de la base vers le haut de la plante, notamment lors d’épisodes pluvieux : les éclaboussures entraînant les spores vers les organes supérieurs. Rares sont les pluies significatives annoncées pour les jours à venir, notamment dans les départements du Nord et du Nord-Ouest. Mais quelques averses et/ou orages locaux ne sont pas à exclure. D’où la nécessité de mener une observation à la parcelle car cette maladie reste l’une des plus préjudiciables sur blé.