France

Vous êtes ici

Share page with AddThis

Blé : le risque limaces est toujours là

Céréales
26.11.2019
Limace noire Deroceras reticulatum sur jeunes céréales

La persistance des pluies et le retard dans les semis de blé maintiennent un risque élevé vis-à-vis des limaces.

Le risque limaces doit encore être pris au sérieux, notamment pour les semis tardifs. En effet, si la plupart des parcelles semées ont atteint ou dépassé le stade 3 feuilles, certaines sont en retard tandis que 20 % des semis n’ont pas encore eu lieu. Au 18 novembre, le réseau d’observation Céré’Obs estimait que seulement 74 % des blés étaient semés : soit à peine 3 % de plus que la semaine passée. En comparaison, en 2018, l’avancement des chantiers avoisinait les 97 % à cette même date. Les régions les plus en retard : la Bretagne, la Vendée, le Poitou - Charentes  et la Nouvelle Aquitaine (remarque : cela dépend énormément des territoires : 0% chez certains agris et pourtant très techniques !) où près de 10 % des maïs grain sont encore sur pied. Le niveau de risque lié aux limaces est fonction de la densité de ces ravageurs. En dessous de 20 limaces piégées par mètre carré et en absence de dégâts, le risque est faible. Entre 20 et 50 individus, le risque est jugé « moyen ». Il passe à « fort », dès que les populations dépassent 50 limaces par m². Si la conduite de culture est simplifiée, le risque s’amplifie.

22/10/2019
Des limaces repérées sur blé tendre

La persistance des pluies renforce le risque limaces dans les parcelles de céréales.La semaine passée, nous évoquions la présence de limaces dans les parcelles de colza. Elles sont également très actives dans les parcelles de céréales, tout juste levées. Les situations les plus à risque : précédent colza, sol motteux et argileux, sol peu travaillé… Un piégeage efficace est constitué d’un piège bien plaqué au sol pour conserver efficacement l’humidité. Le comptage doit être réalisé le matin, avant la remontée des températures. Pour les céréales, la période de risque s’étend du semis au stade 3 feuilles. La décision d’intervenir dépend d’un ensemble de facteurs : évolution des captures et des dégâts, conditions météo, vigueur et stade de la culture, présence d’auxiliaires… Un risque moyen à élevé se situe entre 20 et 50 limaces par m2. Ce seuil est inférieur en semis direct.

25/09/2019
Le choix de la technique de travail du sol doit tenir compte de la pression limaces dans la parcelle de céréales.

Les céréaliers devraient profiter du retour des pluies pour avancer les chantiers de semis. L’observation des limaces doit s’effectuer avant cette étape pour adapter, si besoin, le travail du sol au risque. Le retour des pluies reste un facteur de risque important. Le piégeage consiste à déposer 4 pièges humidifiés de 50 x 50 cm, éloignés d’au moins 5 m les uns des autres, sans appâts en dessous. Le lendemain, avant que le piège ne se réchauffe au soleil, effectuer un comptage. Si la densité de limaces est comprise entre 1 à 20 limaces par m2, le risque est considéré comme faible. Il passe à « moyen » pour un seuil compris entre 20 et 50 limaces/m2 et à « fort » dès que plus de 50 limaces ont été repérées. Le travail du sol est une solution efficace pour faire baisser le niveau de population.