Un tour de plaine avant le désherbage des céréales

Céréales
Désherbage d'une parcelle de céréales en sortie d'hiver

La météo laisse entrevoir la possibilité d’une intervention herbicide, à adapter selon l’état de chaque parcelle.

Dans certaines régions, les prévisions météorologiques pour la semaine semblent favorables aux interventions herbicides, sur les sols ressuyés. Si les produits antidicotylédones en sortie d’hiver sont nombreux, ce n’est pas le cas pour les antigraminées, qui ne reposent que sur deux modes d’action (groupe HRAC 1 et 2), très concernés par les phénomènes de résistance. Les solutions AXIAL® Pratic et TRAXOS® Pratic, du groupe HRAC 1, offrent une action foliaire systémique et la possibilité d’associer un autre mode d’action avec les produits du groupe HRAC 2, pour obtenir le meilleur niveau d’efficacité et limiter les phénomènes de résistance. Les céréales semées au cours du mois de janvier peuvent également recevoir des herbicides racinaires, du fait de l’évolution réglementaire du catalogue des usages (août 2023). Les implantations ayant été très échelonnées depuis octobre, une visite des parcelles demeure indispensable avant de déclencher l’intervention, afin de bien évaluer la situation : l’état de la parcelle, le stade de la culture, le nombre d’adventices présentes et leurs stades. Le potentiel de levées d'adventices et l’état de la résistance doivent également être pris en compte. Pour faciliter la reconnaissance des jeunes adventices, Syngenta propose le service Agro-visio Flore

06/02/2024
Céréales, désherber avant de fertiliser
Un désherbage avant le premier apport d’azote reste plus efficace et préserve le rendement.
Avec le retour d’un temps plus clément, les interventions dans les parcelles de céréales devraient s’accélérer. Désherbage, fertilisation... deux passages à faire dans le bon ordre. En effet, mieux vaut désherber avant de fertiliser : le désherbage est alors plus efficace, les adventices étant jeunes et non stimulées par la fertilisation. Dans tous les cas, il ne faut pas laisser plus de deux semaines entre les deux opérations, surtout si aucun désherbage n'a été réalisé à l'automne. Des essais menés par l’institut technique Arvalis confirment ce résultat : les désherbages précoces, au moment du premier apport d’azote, révèlent une efficacité moyenne de 98 %, contre 84 % pour ceux positionnés après le premier apport. En termes de rendements, fertiliser avant de désherber représente un manque à gagner de 13 q/ha par rapport à une situation de désherbage avant ou au moment du premier apport. Des interventions spécifiques, ciblant des adventices atypiques comme les folles-avoines, les gaillets ou les ammi majus qui germent plus tardivement, peuvent nécessiter des traitements plus tardifs, après le premier passage d’azote.

22/01/2024
Adaptez le désherbage au contexte de l’année
Le désherbage du blé tendre doit s’adapter à la date de semis des cultures et à la pression des adventices.
La situation des parcelles de blé tendre diffère fortement d’une zone à l’autre. Pour les cultures implantées avant les fortes pluies d’octobre, quelques désherbages ont pu être réalisés en prélevée ou post-levée précoce. Des interventions qui, dans l’ensemble, ont bien fonctionné. Les traitements réalisés plus tardivement, fin novembre, sur des céréales autour de 3 feuilles ont une efficacité plus difficile à quantifier : le temps d’action étant plus long. Pour les blés qui n’ont pas pu être désherbés, le niveau d’infestation en graminées d’automne est parfois très important avec des adventices très développées. Pour les parcelles semées très tardivement, fin décembre ou début janvier, le risque de salissement est, à l’inverse, plus faible. Si une intervention est nécessaire, celle-ci devra se faire dans de bonnes conditions, en attendant un ressuyage suffisant des sols, et sur des adventices très jeunes, avec des produits racinaires, possibles jusqu’au stade 3 feuilles des cultures. Pour les semis qui seront réalisés à partir du 1er février, la culture devient « culture de printemps » du point de vue des usages phytosanitaires. La liste des herbicides possibles se restreint alors.