France

Vous êtes ici

Céréales, désherbage de rattrapage et délai avant récolte

Céréales
04.05.2021
Céréales, désherbage de rattrapage et DAR

Sur céréales, les désherbages de rattrapage sont encore possibles, à condition de bien respecter les délais avant récolte.

Même si la tendance générale est au manque d’eau dans les parcelles de céréales, certaines régions ont profité de quelques averses, stimulant la pousse d’adventices. Le recours à un désherbage de rattrapage est possible notamment en présence de dicotylédones, à commencer par les gaillets dont la nuisibilité directe est avérée. Opter de préférence pour des solutions efficaces également contre les renouées ou les rumex si ces adventices sont également présents : l’occasion aussi de cibler des crucifères, matricaires et coquelicots par exemple. En présence uniquement de vivaces - chardon, rumex, liseron des champs -, les traitements au-delà du stade 2 nœuds permettront de les détruire mais pas de les éradiquer totalement. Concernant les graminées, l’intervention ciblera davantage les folles avoines que le vulpin ou le ray-grass : ces derniers étant le plus souvent déjà à des stades avancés. Le désherbage de rattrapage peut être associé à un fongicide, si besoin. Dans ce cas, bien regarder les compatibilités des mélanges.

06/04/2021
Céréales, des désherbages de rattrapage à envisager
Au vu de la flore adventice présente, des désherbages de rattrapage peuvent être nécessaires. Des interventions à raisonner au cas par cas.
Même si les désherbages d’automne ont, dans la plupart des situations, été réalisés dans de bonnes conditions, certaines adventices sont passées au travers. Un désherbage de rattrapage peut être opportun en fonction de la flore présente. Première étape : faire un état des lieux pour identifier et quantifier les mauvaises herbes en place. Pour les graminées automnales (brome, ray-grass, vulpin), il est par exemple trop tard pour les contrôler efficacement : la plupart des plantes ayant dépassé le stade 1 nœud. En revanche, des rattrapages sont possibles sur dicotylédones, folle avoine ou vivaces, présentant des levées échelonnées ou tardives. Attention toutefois à intervenir avant les stades limites et dans des conditions optimales. Les fortes amplitudes thermiques et les températures minimales négatives actuellement constatées peuvent entraîner des phytotoxicités sur les cultures. Dans ce cas, ne pas hésiter à reporter l’intervention de quelques jours.

02/02/2021
Sur céréales, désherber avant de fertiliser
L’efficacité du désherbage est renforcée s’il est positionné avant le premier passage d’azote.
Une fois que le climat sera propice aux interventions dans les champs, celles-ci devront être priorisées. Sur céréales, une certitude : le désherbage doit avoir lieu avant le premier apport d’azote pour éviter que les adventices ne profitent également de cet engrais. Le désherbage sera alors plus efficace car les mauvaises herbes n’auront pas eu le temps d’être stimulées par la fertilisation. Bien entendu, dans tous les cas, tout traitement devra attendre que le sol redevienne portant. L’institut technique Arvalis a comparé l’impact de la date du traitement herbicide sur son efficacité et sur le rendement de la culture. Pas de doute : les désherbages précoces (au moment du premier apport) sont les plus efficaces, comparés à une intervention à l’automne ou à un désherbage plus tardif. L’intervention à l’automne reste quand même plus efficace qu’un traitement positionné après le premier passage d’azote. Attention toutefois aux adventices comme la folle-avoine, le gaillet ou l’ammi majus qui peuvent germer plus tardivement et donc nécessiter une intervention spécifique.

> Voir les solutions Syngenta : Axial OneAxial Pratic, Daiko, DefiTraxos Pratic